13 novembre 2015 : ne renonçons à rien

Des hommes armés s’en sont pris à nos concitoyens dans la capitale en déclenchant une série d’attentats meurtriers. Cela aurait pu être vous, cela aurait pu être moi. Il y a eu de nombreux morts, cent vingt neuf et plus de trois cent cinquante blessés. Ces hommes doivent donc être arrêtés et jugés par les lois de notre pays. Ceux qui ont tenu les fusils et tirés devront être punis ainsi que ceux qui ont aidé ces gens à faire cet acte terrible. Tous les complices.  Cela fait deux fois que cela arrive cette années dans notre pays. Deux fois de trop diront certains.

Or, en quelques jours notre pays a semble-t-il basculé dans la peur. Ce ne sont pas de nouveaux attentats qui ont fait basculer notre pays dans la peur, ce sont ceux qui le dirigent, ces prétendus hommes sages, élus par leurs pairs, élus par nous. Tous les partis politiques ont été sur la même longueur d’onde depuis cet infâme vendredi : des discours de guerre, bellicistes et pousse-au-crime ont fait écho de tout part.

Pour commencer, ces discours sont un aveu de faiblesse. Ils montrent la faillite intellectuelle des gens qui nous dirigent et ces paroles de violence proclamées en public sont un écran de fumée pour masquer leur inaction des dix, vingt dernières concernant le problème du terrorisme sur le terriroite. C’est aussi une tentative de dissimulation de ce que notre pays a causé comme dégâts depuis des décennies, ailleurs dans d’autres pays [1] [2].

Ensuite, c’est mentir : promettre des choses que la France ne pourra pas tenir sur la longueur est pour moi un mensonge honteux. Nous promettons de bombarder les hommes du groupe Etat Islamique afin de résoudre cette crise dans notre pays. Pendant combien de temps ? Quel cout financier les citoyens sont-ils prêts à accepter ? Et surtout, la meilleur question à mon avis : pour quelle efficacité ? La première puissance mondiale, les USA, ont pratiqué ce jeu, le bombardement à outrance, sur des pays comme l’Afghanistan ou l’Irak, pour quel résultat à ce jour ? La guerre contre le terrorisme ne peut pas être gagné comme ça [3]. La question n’est pas de choisir entre lancer des bombes et ne rien faire. Si vous voulez une solution pour résoudre la question du terrorisme en Syrie ou Irak, il faut y envoyer 200 000 hommes pendant 10 ans, y investir 5 milliards € pour construire des hôpitaux, des écoles et une administration compétente. Êtes-vous prêts à soutenir ce choix en envoyant votre fils ou votre mari là bas pour cela ?

Et pour terminer, nos dirigeants se sont lancés dans la surenchère sécuritaire en France en déclarant l’état d’urgence [4] pendant douze jours. État d’urgence aussitôt prolongé de trois mois sans même savoir si la période de douze jours avait pu utile pour résoudre quoi que ce soit. Faisons un parallèle avec médécin qui vous donne un traitement pour douze jours puis vous le prolonge dans la foulée pour trois mois : où est la crédibilité ?

Un préfet peut :
– restreindre la liberté de mouvement des citoyens en décidant que des zones sont interdites ou que les gens doivent rester chez eux pendant les créneaux horaires qu’ils décident.

Le ministre de l’intérieur peut :
– déclarer des zones de protection où les citoyens ne peuvent pas se rendre.
– obliger des gens à rester chez eux

Le ministre de l’intérieur ou le préfet peuvent :
– fermer des salles de spectacles, des bars et restaurants et des lieux de réunions
– déclencher des perquisitions à domicile, jour et nuit
– déclencher la censure de la presse et de la radio

En clair, la justice dans notre pays n’existe plus. A tout moment, des policiers peuvent fracasser votre porte, ravager votre appartement et vous mettre en garde à vue dans aucune enquête. Le délit de sale gueule officielle. Nous remettons donc nos libertés entre les mains de 3 personnes : un président de la république, un ministre de l’intérieur et un préfet. Je vois donc là un très gros problème démocratique.

Subir cela douze jours, pourquoi pas… mais le prolonger de trois mois, cela me paraît démesuré. Ces gens ont joué sur l’émotion généré par cet évènement pour passer la prolongation de l’état d’urgence en douceur. Quasiment personne n’a bougé, à part six députés [5].

Concernant l’état d’urgence, il est intéressant de voir que certaines choses sont plus urgentes que d’autres : on laisse les marchés de Noêl ouverts, on laisse les matchs de foot se jouer mais on va interdire les marches et manifestations contre la COP21 à Paris ? Ah, je comprends mieux pourquoi la droite PS a aussitot soutenu l’extension immédiate de l’état d’urgence, belle manoeuvre pour laisser les etats et le lobby des multinationales signer en toute tranquilité un pseudo accord. Je vous l’annonce : Paris ville déserte pendant les jours de ce sommet. Comment stopper le peu de démocratie possible pour s’exprimer aux citoyens ? Hop l’état d’urgence, c’est tellemenet pratique !

Après onze jours d’état d’urgence, les premiers dérapages ont déjà eu lieu [6]. On peut se réjouir qu’il n’y ait pas eu de mort encore.

Comment peut-on être gouverné par ces gens là, bon sang ? Mais posez vous la question du pourquoi tout ça ! Il faut changer la démocratie représentative, il faut changer de système où les décisions sont prises entre connaissances, pour protéger des intérêts particuliers des partis politiques comme gagner les élections avec de la démagogie sécuritaire, conserver la position de numéro deux mondial de vendeur d’armes dans le monde, faire vendre les armes de mon fabricant national à des dictatures…. C’est tout cela qu’il faut stopper.

L’intérêt général ne prime plus et pourtant l’ensemble de la société a été heureuse de voir les portes des hôpitaux s’ouvrir pour soigner les près de quatre cent blessés, nous avons été heureux de voir le personnel soignant rappliqué en quatrième vitesse de leur propre chef pour sauver des vies. L’intérêt générale existe, les politiques passent leurs temps à le miner par leurs petites considérations personnelles.

Les Français meurent sous les balles tirées indirectement par la politique étrangère de notre oligarchie, et maintenant, ils font semblant de résoudre la crise. Ce double discours est insupportable et je ne peux plus l’entendre.

Je lisais des commentaires sur le net concernant les évènements du 13 et souvent les gens écrivent des choses comme « nous n’y sommes pour rien », « ils ont tué des gens innocents ». C’est malheureusement plus compliqué que cela. Les gens que nous élisons depuis des décennies agissent pour leurs comptes, pas le notre, c’est la grande faiblesse de notre démocratie représentative.

Nous n’y sommes pour rien car nous n’avons pas appuyé nous-mêmes sur la gâchette qui tue en Syrie, en Afganistan ou au Libye mais nous avons délégué notre voix de citoyen à des hommes et des femmes qui ont lancé des guerres en notre nom dans ces pays. Personne ne vous demande votre avis pour envoyer nos soldats se battre à l’étranger et bombarder des villes et des villages. Tout cela parce que vous acceptez la démocratie représentative.

Si nos politiques avaient du courage et de la fierté, ils pourraient prendre la même initiative que le gouvernement Suédois, par exemple, en coupant les relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite parce que ce pays ne respectent pas les droits de l’homme et traitent les femmes comme des êtres inférieurs ? [7]

On ferait de même avec tous les pays qui financent les terroristes qui viennent nous tirer comme des lapins dans les rues de la capitale, le Qatar entre autre. On pourrait aussi changer la politique de dénigrement contre la Turquie (à qui on a fait croire une entrée possible dans l’Union Européenne avant de lui fermer la porte aux nez) et la Russie, tout en arrêtant de suivre bêtement les Etats-Unis sur les divers champs de bataille de la planète. Cet article brillant de Reflets vous éclairera bien plus que je ne serais capable de le faire sur la situation de notre politique étrangère [8].

Nos forces sont la culture, l’enseignement, la diplomatie, la réflexion et il faut mettre tout cela au service d’un plan politique qui depuis de nombreuses années a été complètement abandonné en France et en Europe depuis trop longtemps. Quel est le rêve européen ? Quel est le rêve français ? Réduire des déficits ? Que la dette publique soit inférieure à 60 % du PIB ? C’est ca le rêve européen qu’on propose à 300 millions d’habitants ?

Alors ne vous étonnez que certains se perdent dans des délires et des rêves métaphysiques pour suivre un chemin destructeur. Si nous n’avons pas d’espoir à offrir, ni de réponse à cette crise du vide, alors nous sommes perdus.

Comme le dit si bien François Morel, ne renonçons à rien, y compris à changer notre démocratie représentative pour une démocratie meilleure, y compris à changer notre politique tout court.

 

 

4 réactions au sujet de « 13 novembre 2015 : ne renonçons à rien »

  1. Salut,

    Un des nœud du problème (les autres étant bien identifiés dans ce billet, merci Damien) est que ce pays, la France, s’américanise à tout vitesse. Du citoyen lambda qui fête Halloween, s’agite pour le « black friday » et réclame de pouvoir acheter des clous et une perceuse le dimanche; jusqu’aux locataires de l’Élysée qui n’hésitent pas une seconde à se mettre au garde à vous devant toutes les demandes du maître à Washington. Cela peut aller de la fermeture de l’espace aérien du pays à l’avion du président Bolivien, jusqu’à notre « politique » étrangère labellisée « pur atlantisme garanti ».

    Il y a peu, au sujet de la loi sur le renseignement, on parlait d’ailleurs de « patriot act » à la française. Le modèle n’a pas été trop difficile à trouver.

    Il est donc à peine surprenant de constater ses jours ci, que la société française dans son ensemble, a un mode de pensée qui ne diffère pas de celle de la société américaine, surtout celle de l’après 09/11. Les rhétoriques, les postures, les solutions bouffonnes, sont exactement calquées sur celles de George, le fils. Du Bushisme dans toute sa splendeur.

  2. « nous avons été heureux de voir le personnel soignant rappliqué en quatrième vitesse de leur propre chef pour sauver des vies » ta phrase me fait penser à l’info que j’ai lu il y a peu et qui me fait frémir d’une telle coïncidence :
    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/attentats-de-paris-le-samu-avait-organise-une-repetition-generale-vendredi-matin_1177061.html

    Tes mots dans ton articles sont exactement ce que je pense de cette situation … je saoule mon entourage avec le même discours, très peu veulent essayer de comprendre, j’ai l’impression d’être en 1940 où l’on choisit entre Pétain et De Gaulle !!!!

    Je ne sais pas où l’on va arriver, l’éveil citoyen est pas encore là.

  3. et pourtant, il faut continuer.

    J’ai eu une discussion très tendue avec une amie qui m’expliquait que les terroristes méritaient une balle dans la tête sans rien vouloir entendre du contexte et du pourquoi du comment nous en sommes arrivés là. Emotion, émotion et émotion, pas de raison, et le pire, pas de curiosité intellectuelle. Le ravage de la société de consommation et ses solutions expéditives… sauce western à l’américaine ?

  4. Ping : #2.7 | LMPC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.