le pouvoir et la gouvernance sur Diaspora*

Je lisais le dernier billet de Cyrille Borne sur un échange entre Christophe, Cep et Fla concernant la gouvernance sur Diaspora-fr.org.

Je spécifie le nom du pod en entier « diaspora-fr.org » car il s’agit d’un pod intégralement géré par Fla.

En relisant les échanges, je me rends compte que je suis d’accord avec les deux parties qui s’affrontent.

– Fla produit un acte politique en publiant une bannière contre la Loi sur le Renseignement.
– Christophe et Cep se sentent mal à l’aise par ce type de démarche qui pourrait aller contre leurs valeurs.

Au final, il serait peut être bon d’indiquer que le pod diaspora-fr.org est un pod militant et que le militant principal dirigeant cette instance est Fla.

Fla assure la gouvernance technique, politique et économique du pod : il a donc le droit de gérer son pod comme il l’entend. On peut appeler ça une autocratie numérique. Il n’a pas spécialement indiqué que son pod serait neutre, militant ou qu’il ne s’arrêtera jamais. Son projet est technique en premier lieu, puis ensuite il rend service en proposant un réseau social alternatif à Facebook à ceux qui se sont inscrits à l’époque. Et, il doit être un peu grisé d’avoir tant de gens sous sa responsabilité, nous sommes tous humains, n’est-ce pas ?

Il convient donc d’accepter cette gouvernance (ou pas). Il n’y a pas vraiment d’autres issues en fait.

De l’autre côté, je comprends la pensée de Cep et Christophe. Le pod D-fr.org n’est pas neutre et est engagé politiquement, ce qui peut être dérangeant si on ne s’attendait pas à ce genre d’intrusion visuelle et surtout, si on ne partage pas les idées défendues. Si demain le pod défend des idées contraires aux miennes, je n’aurais pas d’autre choix que de quitter ce pod.

La gouvernance, dans tous projets ou rassemblements humains, a son importance. On l’a vu avec le problème systemd/Debian, on le voit tous les jours avec les politiques qui prennent des décisions sans consulter les citoyens.

Vivre ensemble est difficile, vivre ensemble est un projet en soi. Avant de commencer à vouloir changer les choses, il faudrait réellement se pencher sur les modes de décisions collectives et de gouvernance citoyenne. Mais c’est un autre débat.

Pour en revenir à notre problème bassement Diasporien*, il faudrait ouvrir un pod Diaspora* mixé à une instance de prises de décisions de type Loomio pour satisfaire l’ensemble des utilisateurs en temps réel, une sorte de meilleur des mondes de la démocratie directe :)

– Damien

2 réactions au sujet de « le pouvoir et la gouvernance sur Diaspora* »

  1. Yop !
    Je comprend le point de vu de Fla : c’est son site, il a droit de se comporter comme il veut dessus. Par exemple je tiens un blog, et quand je censure un commentaire, je reste souverain sur ma décision. Je reste aussi souverain si je dois les fermer. Bref, Fla a droit de faire ce qu’il veut sur son site, car il est propriétaire (dans les limites de la loi).

    Après D* peut prendre une forme communautaire, de type association de jure ou de facto. Là la prise de décision sera communautaire.

    Bref, pour moi, les deux positions sont légitimes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.