l’outil de radicalisation numero 1

Nos hommes politiques de tout bord veulent lutter contre la radicalisation des personnes perdues.

Et ils ont raison. Oui, un nouveau média radicalise les gens, ce média détruit la culture et détruit l’intelligence.

Ce media s’est immiscé doucement dans notre quotidien, il a coupé les discussions familiales, il a lobotomisé les plus jeunes et les moins jeunes par des programmes plus inutiles les uns que les autres, oú les jeux les plus débiles sont la norme, oú chacun attend d’être tiré au sort pour être la vedette éphèmère du moment.

Ce média a tué le débat d’idées en résumant / réduisant les idées à des slogans de quelques mots. En minimsant la pensée et la réflexion.

Il a également tué les idées alternatives et ne ressasse que le meme axe de pensée, une pensée unique répetée comme un mantra sans fin : économie libérale, nucléaire, voiture, trop d’impots, travailler plus pour gagner plus, il faut consommer, les pauvres coutent chers, recherche de la croissance…

ce média a abreuvé nos cerveaux de publicité, nous baignant dans un modèle de vie rêvée : grosse voiture rutilante, épouse souriante habillée à la mode, enfants en bonne santé dans leurs vêtements de marque, ordinateurs portables couteux, téléphone portable dernier cri, maison dont on est le propriétaire, toujours prêts à partir en voyage au ski l’hiver, sous les palmiers l’été.

Ce média ne montre qu’un modèle de pensée, celui incarné par ses propriétaires, de grands multinationales à la recherche de plus de profit (donc de plus de consommation).

Ce média qui nous radicalise, c’est la télé. Pas internet.

La télé n’a qu’un seul but : vendre de la publicité, du temps de cerveau disponible. Pas internet.

Internet est justement tout l’inverse. C’est la participation de tous qui en fait la force, c’est la possibilité d’écouter de nombreuses voies, de trouver de la culture, de découvrir des alternatives ou de nouveaux modèles de fonctionnement politiques et économiques.

On comprend mieux l’acharnement de nos politiciens à vouloir vérrouiller internet : nous leur échappons grâce à plus de culture, d’ouverture et de connaissance. Difficile de tromper un peuple quand celui ci peut vérifier ce qu’on lui raconte. Difficile de se voir reprocher les promesses faites alors qu’elles sont vérifiables sur internet.

Oui, internet est peu bordélique et oui certains l’utilisent pour leur petite propagande d’idées noires, mais ca n’est qu’une infime minorité et c’est l’excuse utilisée par nos politiques pour censurer le seul et unique média encore libre.

 

– Damien

 

 

Une réaction au sujet de « l’outil de radicalisation numero 1 »

  1. Damien, Je suis très souvent en phase avec toi lorsque tu dénonces certains problèmes, certains usages ou modes et souvent aussi je ne te suis pas sur les solutions proposées.

    La télé. Je ne suis pas un téléspectateur assidu, loin de là et lorsque je cherche un programme intéressant parmi la multitude de chaînes à notre disposition la très grosse majorité de ce que l’on y trouve est à jeter, c’est certain. Mais pas tout. On trouve aussi des sujets bien intéressants et traités avec brio. Ils sont rares c’est vrai.

    Internet maintenant. Et bien je dirais que c’est aussi comme à la télé. Certes, tout le monde peut donner son avis. Mais est-ce vraiment de la pensée, de la réflexion ou des bribes d’imprévus du moment ? des présupposés faciles ? où est le recul ? l’étude fouillée ? J’ai bien peur que le pourcentage de productions de qualité ne soit au final aussi limité qu’à la télé, c’est à dire lorsqu’on a la chance de tomber sur une page réalisée par quelqu’un connaissant parfaitement son sujet et qui l’a traité en profondeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.