oui, l’arrivée d’une tablette sous Ubuntu est une bonne nouvelle

J’apprenais avec joie que des tablettes sous le système d’exploitation Ubuntu vont arriver sur le marché courant avril 2016.

Je possède une tablette Samsung Galaxy 2 depuis 2-3 ans, elle commence à ramer mais elle remplit encore son office : diffuser des séries quand je suis en déplacement professionnel, faire tourner Neflix à la maison, faire du Twitter via Plume et lire des flux RSS via The Old Reader.

L’intérêt d’une tablette, d’un téléphone ou d’un ordinateur sous Ubuntu est multiple :

  • un système d’exploitation ouvert et gratuit
  • un système qui respecte la vie privée de ses utilisateurs.
  • un système qui repose sur sa communauté, une communauté qui contribue à l’amélioration du système

Donc pas Google, Apple et Microsoft qui n’ont de cesse d’espionner tout ce que fait l’utilisateur, de connaître les moindres faits et gestes avec son téléphone ou son ordinateur et d’observer ces fichiers et données privées, sans parler de l’obligation de ces entreprises commerciales de gagner de l’argent pour répondre à la volonté de ses actionnaires.

la bataille commerciale des tablettes

Ubuntu arrive alors que le marché des tablettes est déjà bien saturé, c’est évident, mais la proposition est différente : le mot clé est convergence. L’intérêt pour Canonical, la maison-mère d’Ubuntu, est de proposer son système d’exploitation sur tous les formats possibles, ordinateur, téléphone et tablette. Ainsi, l’utilisateur final retrouve son environnement habituel sur tous les terminaux qu’il utilise, ainsi que les mêmes logiciels et progammes, synchronisés d’une plate-forme à l’autre, j’imagine.

Si Ubuntu ne peut pas s’imposer sur les PC face à l’omniprésence de Microsoft, l’arrivée sur tablette peut être un moyen de se faire connaitre plus facilement. Franchir l’étape de l’achat d’une tablette sous un OS différent sera certainement plus facile que d’acheter son ordinateur familial sous Ubuntu pour le grand public. J’imagine qu’un cout inférieur aidera à franchir le pas également. Pour consulter Marmiton, faire du Facebook et regarder des replays TV, une tablette Ubuntu aura des arguments à faire valoir bien évidemment.

la bataille politique des tablettes

Politiquement, il y a des pays que cela pourrait intéresser, comme la Russie et la Chine, qui n’ont pas la volonté de soumettre leurs données privées et surtout commerciales à une entreprise étasunienne qui marche main dans la main avec l’état US. Espérons que la politique internationale aidera les tablettes Ubuntu à se propager plus surement. A noter à ce sujet la sortie des Bq Ubuntu sur le marché russe.

La France parle de fabriquer son OS souverain afin de se détacher de l’influence des entreprises américaines : est-ce qu’un politique Français est au courant de l’existence de Mageia, une distribution GNU Linux développée par une association française depuis de nombreuses années ? Au lieu de gaspiller l’argent public comme ce fut le cas avec Numergy et Cloudwatt (« pour un cloud souverain », on en rit encore…), notre pays aurait meilleur compte de soutenir Mageia avec un financement digne de ce nom. Laissons faire les acteurs qui connaissent leur métier…

D’un point de vue plus ironique, pourquoi déclarer vouloir un OS français pour se défaire de l’influence étasunienne alors notre président prévoit de pousser plus avant l’intégration de notre pays dans l’OTAN, organe militaire tenu par les USA…. Inconsistance de nos politique ? Paroles, paroles ?

Bref, avoir une tablette sous Ubuntu disponible pour le grand public permettra d’engager et de continuer les discussions sur l’exploitation des données privées des utilisateurs, sur l’intêret d’un système communautaire plutôt que commercial et d’un systême ouvert et libre plutôt qu’un systême fermé qui fait « je-ne-sais-quoi-dans-notre-dos » et qui nous contrôle comme une marionnette.

– Damien

 

4 réactions au sujet de « oui, l’arrivée d’une tablette sous Ubuntu est une bonne nouvelle »

  1. ah je crois que tu peux totalement avoir confiance, surtout que leur partenariat avec Amazon s’arrête. Donc Canonical et Ubuntu sont à des années lumières devant Google, Apple et Microsoft !

  2. Loin de moi de te critiqué , mais depuis quelque articles , tu parle beaucoup de logiciel propriétaire

    entre pocket qui a fait un remous dans la marre du logiciel libre avec l’intégration a Firefox
    the old reader (bon lecteur rss) que j’ai utilisé juste après la mort de google reader (c’était avant quand je m’occupai pas des licences), mais c’est aussi du privateurs
    opera , pareil etc

    Ma remarque (sans aucun manque de respect car je suis lecteur assidu) utilise tu encore des logiciels libre , faire sa promotion ou as tu viré du coté obscur ?

    Pareil que Lerio , J’ai du mal a trouver rassurant de mettre le mot respect des utilisateurs et canonical (ubuntu est un bon OS, mais c’est l’entreprise qui me fait tiquer).

  3. C’est exact, c’est vrai que je parle de logiciels propriétaires. Evernote, Pocket et Opera.

    Evernote et Pocket sont deux incontournables pour moi en ce moment : je ne connais pas de service libre équivalent fonctionnant sur mon ordinateur et sur mon téléphone. Je pense que c’est mon dernier Blackberry car cette compagnie est en train de se tourner vers Android et va abandonner BB OS 10 (qui est pourtant une pure réussite mais pas assez d’apps et de développeurs). Je migrerais vers un Ubuntu ou un Jolla, voir un téléphone sous CyanogenMod peut être dans le futur.

    J’utilise en alternance Opera et Firefox en tant que navigateurs, Thunderbird pour gérer mes emails, Audacity pour m’occuper de sons, Avidemux pour mes montages vidéo, LibreOffice pour mes documents, InfraRecorder pour mes gravures, Media Player Classic pour la lecture de vidéos, qBittorent pour mes torrents…

    Tout ça géré par Linux Mint ou Xubuntu selon mes envies du moment sur mon ordinateur !

    Non, je ne pense pas être tombé du côté obscure mais ta remarque est pertinente :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.