pour un coup d’état civil

Depuis hier au soir, les députés français ont voté l’ajout de l’état d’urgence à la Constitution. Ce sont donc 136 députés qui ont voté lors de cette session finale. Mais oú étaient donc les 441 autres parlementaires ? A la buvette ? Devant la télévision ?

Face à une modification si importante, face à un changement de notre Constitution, 80% des députés ne se sont mêmes pas déplacés pour voter ! Ils ne font même plus semblants.

Imaginons la même siutation à l’hopital si 80% soignants ne se déplaceraient pas un matin pour aller travailler. Imaginez votre lieu de travail avec  80% des gens qui ne se présenteraient pas. Que tollé général ce serait !

Et bien pour les parlementaires français, c’est normal, circulez.

La main sur le coeur, ils veulent que vous alliez voter pour eux à chaque élection, pour « sauver la démocratie » disent-ils, parce que « des gens sont morts pour la démocratie ». Voilà bien des paroles exagérées, des discours appris par coeur par les politiciens professionnels.

Je vous le dis de but en blanc : ces gens me dégoutent.

Pendant que nous polémiquons sur les accents circonflexes, notre pays se transforme pour devenir les Etats-Unis d’Amérique à la Georges Bush : suppression les unes après des libertés civiles, limitations (avant suppression ?) du droit de manifester et de se mouvoir librement, réduction du pouvoir judicaire pour en faire une chambre de validation des arrestations sommaires et assignations à résidence arbitrales du pouvoir exécutif, abrutissement des masses au profit de la télé, censure grandissante sur internet avec les multiples tentatives de « pseudo-régulations », fin de la réflexion sur les sujets économiques ou sociaux qui nous touchent au quotidien…

Les politiciens et les partis politiques à la botte des grandes multinationales ne visent que leur maintien en haut de la pyramide en marchant sur les citoyens.  Cette révision de la Constitution et les lois sécuritaires successives n’a qu’un but : contrôler la population pour la tenir en asservissement.

Ne cherchez nul lutte contre le terrorisme, ce n’est que le prétexte actuel pour faire passer n’importe quelle loi. De préférence celles qui s’en prennent aux citoyens libres, pas aux paradis fiscaux.

Le système économique et financier de prédation et d’exploitation des ressources restera en place tant que les citoyens resteront amorphes face aux politiciens qui sont aujourd’hui le problème numéro 1 de ceux qui défendent l’intéret général, c’est-à-dire une vie meilleure pour ses concitoyens.

Nous donnons notre pouvoir démocratique à des représentants qui utilisent ce pouvoir pour nous enfermer et nous cantonner au rôle de votants pour leur donner notre voix de citoyen. Question serpent qui se mord la queue, le système est effectivement bien rodé…

Tant que nous aurons la tête dans notre smartphone et sur Facebook, tant que nous regarderons TF1 ou NCIS, tant que nous lirons Paris Match ou Closer, tant que nous préfererons notre confort Ikea et nos 2 semaines de congés obligaatoire au bord de la mer l’été, tant que nous voterons pour des gens prêts à aller faire la guerre dans des pays étrangers pour leur voler leurs ressources minières ou leur pétrole, il ne pourra pas y avoir de coup d’état civil, de reprise en mains de nos vies citoyennes.

Les politiciens, collabos du système financier, des banques et des multinationales,  continueront à utiliser notre pouvoir démocratique pour permettre l’atteinte d’objectifs de ces mêmes multinationales : faire du profit maximal maximal à cout zéro. Rappel : nos vies sont le coût zéro visé.

Notre système démocratique doit changer, le système représentatif est mort et enterré. Il faut passer à autre chose, il fut hacker la démocratie pour passer à une démocratie directe, une démocratie collaborative, aidée et soutenue par des citoyens de bonne volonté ayant l’intérêt général en tête et uniquement cela. Toutes les initiatives alternatives doivent être soutenues, cela demande du temps et de l’énergie, mais il n’y pas d’autres solutions.

Billet édifiant de Reflets sur le sujet : ici

4 réactions au sujet de « pour un coup d’état civil »

  1. no comment, tout est dit… Ça y est, on est officiellement en dictature et tout le monde (ou presque) s’en branle comme de l’an 40…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.