voter aux deuxième tour des régionales ? Et pourquoi donc ?

Ah, le fameux appel au barrage contre le FN…. Ca n’est pas en glissant un vote en deux minutes tous les 5 ans que l’on fait barrage au FN.

Il va falloir que l’aristocratie élective se le mette en tête, la droite PS et l’extrême droite UMP-LR en premier lieu.

Faire barrage au FN, ça se travaille au quotidien, en prenant de vraies décisions pour lutter contre 10% de chomage, ce qui n’est pas fait depuis des années. Comment peut-on tolérer ce chomage de masse depuis tant de temps ?

C’est en luttant contre les lobbys financiers et corporatistes qui n’ont qu’un but, celui de maximiser leurs profits en payant le moins d’impôts possible et en produisant avec un cout proche de zéro, salaires y compris.

Lutter contre le FN, ce serait avoir un programme ambitieux pour le logement des habitants en détruisant les ghettos des banlieues et en construisant une ville paisible, écologique et attrayante.

Lutter contre le FN, ce serait renforcer les fondamentaux : donner de vraies ressources à l’Education Nationale avec des classes de 20 élèves, des locaux oú chaque professeur aurait un bureau, un ordinateur pour travailler, avec des programmes pensés pour acquérir la base, lire, écrire, compter, sans tablettes, ni Microsoft, ni ateliers bidons pour combler les fins de journées.

Voilà ce que serait un barrage contre le FN, un vrai barrage intellectuel, un investissement dans la vie des citoyens. Pas une prise d’otage le jour du vote.

Ceux qui hurlent pour « sauver la République » contre le FN sont ceux qui ont échoué à améliorer la vie de leurs concitoyens depuis 30 ans, ce sont ceux qui ont trahis leurs idées en déclarant que « leur ennemi, c’est la finance » tout en autorisant le travail le dimanche ou en continuant à négocier des traités de libre-échange comme le TAFTA/TTIP ou le TISA. L’intérêt général est bafoué au quotidien depuis trop longtemps.

Au final, ce sont encore les citoyens qui seront pris en otage par cette aristocratie qui devrait être exclue de toute vie politique.

Alors non, je ne sauverais pas la République ce week end.

– Damien