le bilan trop politique de l’année 2015

J’ai donc repris la Spirale Digitale depuis quelques mois suite à l’arrêt du nom de domaine spirale.io, bien trop cher à mon gout pour du bloguing perso et non professionnel.

Je repassais les derniers billets et je m’aperçois que je parle beaucoup de politique, de vie privée et de citoyenneté, plus que de logiciel libre.

La France a changé cette année avec deux terribles attentats, un en janvier, le second en novembre.

La politique économique du gouvernement Valls est un clone de la politique UMP-LR des années Sarkozy, ce qui a certainement été une vilaine surprise pour les électeurs socialistes. Il faut maintenant subir les mêmes politiques sécuritaire et policière de la part du PS.

A quoi bon voter pour les uns s’ils appliquent les mêmes lois que les autres ? Le PS est devenu en 3 ans un parti de droite, il suffit de regarder son bilan pour s’en convaincre : le PS en actes.

Le PS, comme l’UMP-LR, est un parti de riches, favorisant les entreprises (CICE, aucune taxation des dividendes, pas de taxe Tobin, pas de séparation des banques d’affaires et de dépots, lois ANI détruisant les protections des salariés, pas de lutte contre la fraude fiscale des entreprises…), les personnes les plus aisées (bouclier fiscal maintenu), frappant contre les citoyens les plus pauvres (hausse de la TVA), les classes moyennes (abandon de la grande réforme fiscale promise), les opposants à sa politique (assignation à résidence). Le PS, comme l’UMP-LR, protège ses intérêts financiers, ses amis du CAC40, ses aristocrates de 30 dernières années contre l’intérêt général donc contre l’ensemble des citoyens, contre nous en définitive.

Cela se passserait en Afrique ou Amérique du sud, on traiterait ce pays de république bananière aux mains de politiques corrompus. Mais ici, ca passe tout naturellement, comme si de rien n’était.

Les Francais se sont rebellés aux Régionales en votant FN : ainsi l’ennemi désigné des citoyens Français semble être l’immigré.  L’immigré, vraiment ? Au lieu de baisser le regard vers les plus démunis ou de le tourner vers le voisin, le Français ferait mieux de lever la tête et de regarder plus haut qui le prive de richesses, qui entretient le chomage de masse comme une menace pour fragiliser le code du travail, pour le forcer à avoir un travail de plus en plus dégradé, qui rend plus pauvres ces enfants.

Podemos en Espagne a bien mieux exprimé les choses : l’ennemi des citoyens Espagnols et des Européens par la même occasion, c’est le banquier et le politicien corrompu. Les Espagnols, eux, ont compris. il faut voir l’agacement de la droite et de la gauche espagnoles pour se dire que ce sont bien les partis de vieillards PS-UMP-LR qui sont le problème de notre démocratie.

Il va donc falloir subir encore et encore les paroles et discours des vieux politicards, de l’aristocratie élective, de ces centaines de parasites politiques qui vivent sur notre dos, tout en nous faisant la morale et en détuisant notre pays discrètement par leurs mesures.

Je vois des initiatives locales, des alternatives politiques se lancer. Je pense aux Colibris, je pense aux nombreux collectifs Stop TAFTA/TTIP, je pense à Nouvelle Donne, au Collectif Roosevelt ou à La Primaire.org. On ne peut que les encourager pourtant le chemin est difficile dans cet environnement pollué par les éléphants politiques qui barrent la route.

  • Damien