petit rappel : Google détecte vos pensées les plus malsaines dans Gmail

Google lit vos emails et vos correspondances pour vous balancer ensuite de la publicité ciblée. Ça, on le savait depuis longtemps.

La démarche s’est amélioré depuis un certain temps : je vous rappelle que Google a déposé un brevet qui permet de détecter les « phrases problématiques » dans vos textes.

Qu’est-ce qu’une « phrase problématique » ? Tous ce qui pourrait aller à l’encontre de la loi, des conditions d’utilisations de Google ou des conditions d’utilisations de l’entreprise louant cette technologie à Google.

C’est assez effrayant : il va falloir surveiller votre langage et vos idées, sous peine de vous faire reprendre par la machine ! Pas de vulgarités, pas d’idées malsaines et que du politiquement correct !

La fin de la démocratie et de la réflexion commence quand vous ne pouvez plus vous exprimer ou penser. Là, nous sommes dans un cas très clair d’auto-censure potentiel imposé par le service email : si je dis ce que je pense, je serais sanctionné par la machine.

– Damien

Edit : pour quitter Gmail, rien de plus facile, choisissez une alternative gratuite ici

vous défendez la liberté et les droits de l’homme, vous êtes le problème

Ça me fait de la peine d’avoir à écrire ce genre de billets seulement quinze jours après ces attentats meurtriers de Paris.

Dans une situation censée et mesurée, les autorités auraient appelé à un recueillement national, moment de réflexion où chacun aurait fait son introspection, où l’ensemble de la société aurait laissé le temps aux familles des défunts de vivre leur deuil. Cela dans le but de créer un climat de sérénité et de montrer que nous n’avons pas peur et que nous ne doutons pas.

Au lieu de cela, c’est donc la foire d’empoigne, la cacophonie du café du commerce et les discussions d’ivrognes de comptoir. Les politiques jouent avec la peur et vendent leur patriotisme de façade en demandant plus de sécurité et moins de liberté pour monter dans les sondages et gagner les élections régionales. Les médias font du sensationnalisme avec des photos, des images choquantes et donnent dans le larmoyant des témoignages de victimes. Les citoyens paniquent et chantent la marseillaise sans fin pour se sentir fort, communier, on ne sait pas trop, et utilisent les réseaux sociaux pour soulager leur peur, leur haine et autres sentiments confus.

Bref, c’est la surenchère.

Le problème avec la surenchère, c’est qu’une fois qu’on a bien trollé avec la proposition de peine de mort et les internements sans procès de personnes dites « sensibles », on fait quoi ?

Côté censure, nos politiciens professionnels n’y vont pas par quatre chemins : on voit le politicien Pierre Lellouche (Les Republicains, ex-UMP) agresser un site d’informations comme Numerama parce que ce site défend les droits de l’homme et on voit des députés PS essayant de faire passer le contrôle et la censure de la presse. Là encore, la droite PS et l’extrême droite Les Republicains/ex-UMP marchent donc main dans la main contre les citoyens.

Je rappelle aux politiciens PS/Les Républicains/ex-UMP que nous sommes les victimes de leurs décisions politiques ces 30 dernières années, que ce sont nos frères et nos sœurs qui sont tombés sous les balles au Bataclan et dans les rues de Paris. Pas eux. Et aujourd’hui, pour répondre à cela, ils proposent de nous maintenir dans un état policier, pratiquant les rafles aléatoires, les contrôles au faciès, interdisant les rassemblements politiques qui leur font de l’ombre comme la COP21 ? En fait, c’est la double punition : victimes des terroristes, victime de la violence de l’état. Mais je vais certainement me réveiller, hein.

Au final, nous arrivons à une situation où notre pays a ravagé de nombreuses régions dans le monde, a saboté sa police et ses forces de renseignement en imposant une perte de plus de 12 000 jobs (5 ans de Sarkozy)  et voit ses citoyens se faire tuer sur son propre sol.

Il va falloir récupérer des années de travail en retard, tout en ne tombant pas dans l’état policier à tous les niveaux.

 

 

_ Damien

Apple : la censure est notre métier

Pour ne pas se mettre à dos la Chine et continuer à avoir accès au marché chinois et ses millions de potentiels consommateurs, Apple censure à distance votre téléphone en supprimant du contenu.

Quel plaisir de découvrir ça à l’arrivée de votre vol à Pékin ou Hong-Kong…

Et la prochaine étape, ce sera quoi ?

Apple pourrait vous empêcher de prendre une photo d’un artiste lors d’un concert sponsorisé par Apple.

Et si Apple supprimait les articles pro-IVG sur l’application News ?

Et si Apple mettait en avant discrètement un candidat à la présidentielle à travers son application News en propulsant certains articles de propagande ?

Pourquoi ne pas supprimer ou censurer vos brouillons d’articles de blogs écrits sur leurs appareils parce que vous dénoncez leurs actions ?

Avec Apple, il faut être cool mais surtout avec les droits de l’homme et le droit de faire des profits maximum.

_ Damien

réguler internet, la tentation politique devient réalité

Régulation : nom féminin. (ancien français réguler, du bas latin regulare, régler)
1) Action de régler un appareil, d’en corriger le fonctionnement ; fait d’être réglé
2) Fait d’assurer un fonctionnement correct, un rythme régulier

 

______________________________________

Les tentatives ici et là de régulation d’internet n’ont qu’un seul et unique but : empêcher la liberté d’expression.

Internet permet de prendre la parole, chose que les politiciens ne supportent plus.

Quelle infamie de se faire reprendre par une personne issue de « la France d’en bas » (dixit Raffarin) : « mais qu’ont-ils tous à avoir quelque chose à dire… » est un bon résumé de la pensée de certains. La langue de bois ne fonctionne plus avec la vérification des faits et des chiffres que l’on peut faire sur le net, sans parler des vidéos et des documents publiés toujours présents sur la toile. Difficile de se donner le bon rôle ou de passer pour un héros quand on est juste médiocre. Les hommes politiques vont maintenant avoir l’obligation d’arrêter de dire des conneries et de mentir honteusement à tout bout de champs.

En fait, ne pas dire de connerie et ne pas mentir, c’est ce qu’une personne fait en général dans son travail : il faut travailler correctement sous peine d’être averti, sanctionné ou renvoyé. Je me demande bien qui peut sanctionner un homme politique indigne, incompétent ou menteur dans notre si belle démocratie ? Personne en fait et c’est anormal. Les hommes politiques ne subissent aucun contrôle, ils sont irrévocables par les citoyens. Sauf internet.

Dans un second temps, je me suis rendu compte qu’internet révèle l’inutilité de l’homme politique. Les sources d’informations classiques, télé-radio-presse, sont complètement bousculées par internet. Je connais de nombreuses associations très compétentes qui maintenant ont une exposition nationale, voir mondiale grâce à la toile. Il en est de même pour de nombreux blogs ou sites internet sérieux.

Quelle est la valeur ajoutée d’un homme politique qui n’a souvent fait qu’une seule chose tout au long de sa carrière, se situer dans un courant politique (extrême droite, droite, centre, gauche, extrême gauche) pour préparer sa future échéance électorale ?

Nos aristocrates politiques n’ont souvent qu’une seule spécialité : le situationnisme, sans parler du fait qu’ils ne nous représentent plus et sont aux ordres du premier lobby économique qui passe (tabac, voiture, assurances, armement, médical, banques…). Qui contrôle le travail des politiciens hormis eux-mêmes ?

Internet a tout changé. Et les politiciens, comme les maisons de disques ou les journaux papier, font partie du passé. Ils ne le savent pas encore mais ils sont obsolètes. Ou alors ils le savent et vont se débattre pour ne pas sombrer.

On comprend alors mieux la volonté des politiciens de verrouiller la parole citoyenne par tous les moyens : on ressort donc la lutte contre le terrorisme ou la pédophilie pour pousser vers un internet aseptisé et contrôlé (loi de Programmation Militaire, Loi sur le Renseignement de Cazeneuve et Valls, plus belle la gauche ?). Ils voudraient faire d’internet une nouvelle télévision avec 65 millions de moutons passifs qui seront abreuvés de messages officiels, contenu publicitaire, sans culture, ni liberté.

Le problème sur internet, ce ne sont pas les terroristes, mais ce sont les citoyens qui ne veulent plus subir la démocratie telle qu’elle est dans ce pays. Quelle démocratie avec 50% d’abstention lors des élections Départementales ? La faute à qui ? Aux citoyens négligeants ou à l’offre politique proposée avec des programmes économiques, sociaux et financiers communs UMP-PS ?

Pour en revenir au mot réguler, employons une définition plus appropriée pour les politiciens : censurer et neutraliser internet.

Cinq vidéos de 5 minutes à consulter en vrac pour avoir un avis éclairé, celui de Benjamin Bayart (merci Walane pour le lien)

http://bit.ly/18PPRNJ

Extrait vidéo de Jean-Marc Jancovici sur les politiciens, leur ouverture d’esprit, leur disponibilité et leurs « compétences »

https://www.youtube.com/watch?v=mm7jghN51gU

Qui propose un autre modèle de gouvernance ?

 

– Damien

peut-on encore dire « France, pays de merde » dans notre pays ?

Ah la polémique est belle, c’est l’histoire d’un footballeur mondialement connu, mécontent de perdre un match sous tension, c’est-à-dire avec beaucoup de buts, des duels et un arbitrage difficile, qui, après avoir perdu le match, lance des insultes exprimant son mécontentement et sa colère.

Pour ma part, ca ne me choque pas : que le premier qui a perdu un match, une partie de jeu ou s’est senti lésé par quelqu’un sans jamais lancer une insulte ou deux sous le coup de la colère me jette la première pierre…

l’insulte qui choque  »pays de merde » ?

Bof, là aussi, sous le coup de la colère, qui n’a pas jeté un « France, pays de merde », en regardant sa feuille d’impôts, la montée du Front National à chaque élection ou en critiquant les mêmes personnes au pouvoir depuis 30 ans qui laissent ce pays s’enfoncer lentement mais surement ?

C’est tout à fait le genre de polémiques stupides comme seul notre pays sait en créer.

Zlatan s’est bien intégré à notre pays : il critique vertement et de façon outrancière, à juste titre ou à tort, mais c’est très  »esprit français ». Et que fait-on de la liberté d’expression ? Plus personne n’est Charlie, j’ai l’impression…

des mots à ne plus prononcer, M. Valls et sa loi sur le renseignement vont s’en chargent

Pendant que les 3/4 des journalistes débattront sur le cas Zlatan et nous feront des leçons de moral à deux balles, le gouvernement français nous prépare la pire loi sécuritaire des pays Européens, la Chine et les USA nous devançant en la matière.

Avec cette loi, nous sommes tous présumés coupables et les écoutes physiques (micros, GPS, caméras, votre mobile…) et virtuelle (votre email, votre navigation internet) n’auront plus besoin d’aucun juge.

Si le pouvoir judiciaire est sans cesse transféré au pouvoir executif, on appelle ça comment comme régime politique ?

On débattait sur Diaspora* afin de savoir si la France était devenue une dictature, un état policier ou un pays totalitariste.

En déclarant lutter contre moins de 0,0001% de la population, supposé terroriste, nos gouvernants donnent leur aval pour réduire nos libertés. Peut être que dans quelques mois, ce sera pour interdire toute critiques contre le gouvernement, contre les politiciens, contre les banques ou contre le capitalisme ? Une fois les moyens techniques en place et les juges sur la touche, quelles seront les limites aux accusations et condamnations imposées par le pouvoir exécutif ?

Pour ma part, avec ces lois faites pour détruire la vie privée, la liberté et la justice, je pense de plus en plus que notre pays  peut devenir un pays de merde.

On devrait commencer par haïr le système mis en place, qui garde captif l’ensemble des citoyens dans un quotidien de production/consommation pour que le haut de la pyramide alimentaire continue à entretenir le système de captivité.

Les politiques et leurs alliés économiques mettront tout en place pour annihiler toute opposition crédible et citoyenne. La Loi de Programmation Militaire et la loi sur le renseignement sont des outils utiles à l’aristocratie républicaine en place depuis 30 ans pour se maintenir

Le pouvoir actuel ne vit pour sa survie.

– Damien

 

 

la dictature avance en France, merci à nos braves politiques français

Le Parti Socialiste reprend donc une à une les idées de l’UMP concernant la censure d’internet ainsi que le contrôle des citoyens.

A vouloir combattre le terrorisme, la France calque donc ses lois sur celle des gouvernements les plus durs contre la liberté d’expression, tout en  abandonnant le droit à la justice : ce sont maintenant des instances guidées par le pouvoir executif, le gouvernement donc, qui censurent la parole sur internet, pas la justice.

Les politiciens, pour occuper le territoire médiatique, nous explique que nous sommes en guerre contre le terrorisme, que l’étranger est l’ennemi et qu’ils mettront en place tous les dispositifs en place pour nous protéger. Pour protéger leur propre caste aussi d’ailleurs.

1) quel groupe de citoyens a demandé à ce gouvernement de lancer des lois de censure ? Aucun. Les politiciens s’autosaisissent, décident sans demander leur avis aux citoyens. Ces lois les arrangeront bien à un moment.

2) d’après eux, nous sommes en guerre, mais contre qui  ? Quel état et dangers ultimes nous menacent pour que 66 millions d’invidus renoncent à leur liberté et leur vie privée ? Combien de morts ces 5, 10, 20 dernières années pour détruire le pouvoir judiciaire et le remplacer par des condamnations directement déclarées par le gouvernement ? Si 200 morts en 20 ans à cause de malades mentaux ‘obligent nos politiques’ à prendre des décisions aussi radicales alors soit je ne comprends rien à la politique/géopolitique, soit les hommes politiques ont un but inavoué à faire de telles choix, aussi liberticides, injustes et illégaux, illégaux dans le sens « non votées » par les citoyens mais votées par eux-mêmes sans nous consulter.

3) maintenant que sont en place des lois comme la loi de programmation militaire et  le blocage administratif de sites internet, que se passera-t-il si un pouvoir raciste, violent et fasciste était élu en France ? En Grece, le mouvement néo nazi Aube Dorée a eu des députés et des eurodéputés. D’élection en élection, les FN progresse à cause de la nullité successive du RPR, UMP et PS au pouvoir, incapables de proposer des solutions crédibles contre le chomage, incapable d’empêcher la casse de l’outil de production industrielle en France, incapable de proposer des élections législatives proportionelles, incapables de faire participer les citoyens à la vie politique, mais prêts à laisser les banques, les entreprises et les personnes les plus riches de notre pays à utiliser tous les recours possibles – évasion fiscale, niches fiscales, défiscalisation amicale – pour échapper à l’impôt, cet outil de cohésion sociale.

Je repense à une série de tweets de Numendil lue la semaine dernière :

– Quand ils ont décidé de surveiller le WEB, j’ai pas gueulé parce que j’avais rien à cacher. 1/x

– Quand ils se sont dit qu’il fallait civiliser l’espace qu’est Internet, je n’ai rien dit, j’avais rien à cacher 2/x

– Quand ils ont commencé à installer des systèmes de collecte massive de données, j’ai rien dit, j’avais rien à cacher 3/x

– Quand les révélations de Snowden ont éclaté, je m’en fichais, j’avais rien à cacher 4/x

– Quand j’ai appris que ma XBox pouvait voir et entendre tout ce que je faisais, je n’ai rien dit, j’avais rien à cacher 5/x

– Quand j’ai appris que ma TV connectée enregistrait chaque geste et chaque parole, je n’ai rien dit, j’avais rien à cacher 6/x

– Mais quand toutes mes données ont été transmises á ma banque, mon assurance, mon employeur et une pléthore de tiers, 7/x

– J’étais pas d’accord et je me suis rendu compte que si, j’avais des choses à protéger…

Quand un gouvernement devient fou et a un tel désir de contrôle sur sa population, c’est à ce moment là qu’il faut se dire que quelque chose ne tourne plus rond dans notre pays.

– Damien

et si on emprisonnait les français sans jugement, ni procès ? M. Guy Delcourt est d’accord.

Après avoir lancé officiellement le blocage des sites faisant l’apologie du terrorisme sans juge, ni procès, voici M. Guy Delcourt, député de notre chère Assemblée Nationale verrait bien ce blocage s’opérer sur les sites contenant des propos injurieux ou diffamatoires pour les élus.

Comprenez le message : « Nous, politiciens professionnels, ne tolérons pas la critique, ni la caricature, qu’elles soient sympathiques ou virulentes. Vous, citoyens, avez le droit de vous taire et de voter pour vos maîtres ».

M. Delcourt pourrait aussi bien proposer qu’on censure les affiches, les films, les articles de journaux ou les livres qui viennent démonter les politiciens. Ah, on me dit à l’oreille que M. Delcourt a déjà tenté le coup de la censure sur le livre Rose Mafia 2 qui allume certains politiciens du Nord Pas de Calais ! Ah mais je comprends mieux…

Ben oui, comme tu es au pouvoir, tu peux faire ton petit numéro de censeur et de réécriture de l’histoire. Pas bête, ça.

Que voulez vous, on a les hommes politiques qu’on mérite en France, voilà ce que donne 20 ans vie politique. Dommage que le cumul des mandats dans le temps n’existe pas ici bas.

Rappelons que pour les propos diffamatoires et injurieux, les tribunaux français fonctionnent très biens.

 

– Damien

internet, ôtez cette transparence que je ne saurais voir

Le travail de journaux d’investigation est maintenant renforcé par la circulation de l’information via internet au travers des blogs, réseaux sociaux, forums, blogs… Je prends l’exemple de la révélation du Canard Enchainé sur 60 députés français qui frauderaient le fisc. Ca tourne sur le net et les gens sont informés.

Les promesses pré-élections sont maintenant suivies en “temps réel” pendant le mandat de la personne élue (voir le site des réalisations de F. Hollande et N. Sarkozy en son temps).

Auparavant, la vérification des faits ne s’imposaient pas. Les politiciens étaient rarement contredits, rarement repris quand ils annonçaient une grosse bêtise ou un gros mensonge. Aujourd’hui, cette vérification des faits est devenue essentielle. La recherche de la vérité l’emporte sur le discours politique. Par discours politique, j’entends la parole qui convainc, celle qui embrigade et convertit les gens à votre cause. J’emploierai le terme d’arguments marketing. Tout cela est fini : un homme politique se doit maintenant de dire la vérité, obligation récente. Il ne peut plus jouer, sa belle parole ne tient plus toute seule. Il faut y accoler de vraies sources, de vrais arguments provenant d’organismes sérieux et objectifs comme l’INSEE par exemple. Dure vie de politiciens…

J’ai souvent entendu dire que les Français n’ont pas de mémoire en politique, internet va donc pallier à ce manque.

Une fois le politique pris à défaut, c’est là qu’internet se déchaîne. Le citoyen, par écran interposé, reprend une partie de son pouvoir de citoyen : il critique publiquement.

Prennons l’exemple récent de M. Mariani sur Twitter :

mariani
Encore fallait-il savoir que M. Bayrou n’est plus député depuis 2012… Bêtise, stupidité, égo démesuré, mensonge, je vous laisse barrer la mention inutile.

Le politique a bien du mal avec la critique sur son travail, ses approximations, ses mensonges, ses bêtises. On peut reconnaître que la critique est quelques fois violente et peu mesurée. Mais quoi, c’est difficile pour le citoyen de gérer une liberté retrouvée. Car oui, internet permet à tous d’utiliser une liberté retrouvée : la parole publique. Certains découvrent que la parole des politiques n’est pas parole d’évangile et que l’on peut remettre en cause une démonstration faite sur TF1 au JT de 20h par un président ou un premier ministre.

Le discours public était seul réservé aux politiciens ces 50 dernières années via la télé, la radio ou la presse. Petit bémol avec la radio qui a su, dans les années 80, se libérer du contrôle de l’Etat avec le phénomène des radios libres et où l’auditeur a commencé à avoir la parole. Ce qui ne veut pas dire non plus que la parole du citoyen est plus censée ou plus intéressante que celle du politique, preuve en est certains talk shows radiophoniques ou télévisuelles “bas de plancher” mais au moins, elle émerge, elle reprend sa place.

La parole publique était donc une histoire de castes : les journalistes, les célébrités et les politiques.

Internet a opéré un changement radical dans l’économie mais également dans la politique, dans la vie de la cité. On comprend que la vieille génération soit bousculée et tente par tous les moyens d’utiliser la loi pour dompter internet, cet espace non civilisé et sauvage vous diront-mêmes certains.

On va donc employer un outil de censure sans pareil en France où le pouvoir exécutif va s’octroyer le pouvoir judiciaire : pour lutter contre 500 voir 1 000 personnes qui veulent aller faire la guerre à l’étranger au nom de leurs idées, l’État français va adopter une loi d’exception faisant reculer la séparation des pouvoirs de notre pays et les libertés individuelles de l’ensemble des citoyens.

Rappelons que cette loi est totalement inefficace car la consultation de sites interdits sera facilement contournée par l’installation d’un Firefox sous TOR (3 minutes pour l’installer sur un ordinateur), l’utilisation d’un VPN ( à partir de 5 € par mois, installation en 10 minutes), la mise en place d’un mot de passe sur le site concerné ou le partage de contenu par simple clé USB…etc. Le filtrage va donc être un grand foirage à venir, belle efficacité de [mode Damien énervé ON] nos parlementaires infoutus de comprendre le monde dans lequel ils vivent [mode Damien énervé OFF].

Au passage, on aura rongé la liberté des citoyens, ça n’est pas bien grave, nous avons l’habitude : Loi de Programmation Militaire, espionnage à tous les étages du citoyen, lois censées lutter contre le terrorisme

On se donne rendez-vous dans un an, quand l’actuel ministre de l’intérieur (ou le prochain, ils sont tous interchangeables) viendra nous dire qu’une nouvelle loi va bientôt être votée, pour notre bien évidemment, avec encore, la suppression de nouveaux morceaux de notre liberté.

Peut être qu’un jour, on viendra nous dire que le mieux, c’est de ne plus aller internet, ca ira plus vite :p

En attendant, vous pouvez toujours contacter votre député ou votre sénateur pour lui dire que cette loi sera complètement inefficace, coûteuse et liberticide, et qu’ils auraient meilleur compte de s’occuper du cas de deux députés, De Courson et Dumont, obéissant comme de bons petits toutous à une entreprise américaine de tabac, qui va nous faire perdre beaucoup d’argent et qui nous empoisonne paisiblement.

 

– Damien