France : la trahison démocratique permanente

Notre histoire est celle d’un pays qui croit aux contes de fées. Surtout les contes de fées politiques.

Les gens s’en remettent à autrui pour gouverner leurs vies. Ils remettent donc leur pouvoir de citoyens entre les mains d’un homme, d’un groupe d’hommes. Ce système perdure depuis des décennies. Par habitude.

Le temps de la défiance est arrivé, parce que les citoyens ont vu comment les dirigeants décident et comment ils imposent des lois que les citoyens ne veulent pas. Un nombre de citoyens grandissant s’est réveillé : ils se sont aperçus qu’on leur mentait, que leurs gens qu’ils ont désignés pour les représenter et guider leurs vies n’ont plus du tout les mêmes objectifs qu’eux. Merci internet pour le partage de l’information et la mémoire de tous les mots, commentaires et annonces grandiloquentes faites par nos politiques.

Les citoyens s’aperçoivent que leurs représentants politiques se sont radicalisés. Cette radicalisation se fait au dépend de l’ensemble de la population : maintenir la population sous contrôle en mentant effrontément, en promettant des lendemains meilleurs en sachant que ce sont des histoires pour endormir les gens, voler leurs votes, donc leur consentement, et garder le pouvoir.

 

df8a55505e233e4e8719b01cc08234a

Les promesses sans fin des uns et des autres n’ont plus de limite. Les politiques mentent effrontément et sont mis face à leurs mensonges. Mais les maitres ont façonné le système de tel manière que nous, citoyens, ne pouvons rien contre eux. Impossible de les faire démissionner de leurs postes, impossible de les révoquer.

Ils sont tellement a l’aise qu’ ils peuvent se permettre n’importe quel comportement et n’avoir aucune réprimande.

Laurence Rossignol dérape en direct sur BFM en évoquant les "nègres américains qui étaient pour l'esclavage"
Racisme ordinaire : Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, évoquant les “nègres américains qui étaient pour l’esclavage”  source

Nous ne sommes pas en démocratie, ni en démocratie représentative : nous vivons dans une monarchie élective, une bourgeoisie d’état ou une oligarchie corrompue. Les politiques gouvernent pour eux et par eux, poursuivant un seul et unique but : survivre en haut de la pyramide sociale, favorisant les lobbys industriels et financiers qui écrivent les lois à leur place.

Que penser d’un politique comme Christian Poncelet et ses 147 ans de mandats électifs ? Qui sont les parasites ? Qui sont les assistés ? Qui coutent chers au pays ?

Une photo tellement XIXe siecle...
Cette photo a été prise en mars 2016, pas au siècle dernier, vous ne rêvez pas…

Des projets de lois apparaissent tous les mois sans qu’ils n’aient été soumis au préalable au peuple par un quelconque vote. Tout se fait par à-coups, sans aucune vision à long terme. Nos soit-disant brillants hommes et femmes politiques agissent quand les lobbys viennent frapper à leur porte : les ayant-rentes du droit d’auteur pour lutter contre internet, les industriels du gaz de schiste pour d’obtenir des concessions de forage, le MEDEF pour détruire le code du travail et permettre aux entreprises du CAC40 de gagner encore plus d’argent (2015 : 54,7 milliards de dividendes !), les industriels de l’armement pour aller vendre des armes dans les dictatures qui financent le terrorisme sur notre sol, le lobby bancaire pour ne pas se voir imposer de régulations suite à la crise financière de 2008, pour continuer à faire marcher la dette et pour ne pas avoir de taxe dite “Tobin”, le lobby des assurances et de banques pour amoindrir nos prestations sociales et laisser plus d’espace à la médecine privée/libérale… Choisissez votre lobby, il a son texte de loi dans la machine ou en préparation !

Trahison démocratique avec la Loi de Programmation Militaire, la Loi Renseignement et l’état d’urgence pour écouter, surveiller le peuple et réprimer le peuple.

Trahison sociale avec la loi Travail écrite par le cabinet du premier Ministre et le MEDEF pour servir les intérêts des entreprises contre ceux des citoyens. Pourquoi ce gouvernement défend-il si fort les intérêts prives des entreprises du CAC40 contre l’intérêt général ? Qu’est-ce qui peut pousser M. Hollande et Valls à vouloir imposer un tel projet de dérégulation du Code du Travail ? On peut parler de corruption moral mais peut-être que cela va plus loin. De plus, faciliter les licenciements par la loi Travail menace directement d’augmenter encore plus le chômage. Cette loi n’a aucun autre projet que de rendre service aux entreprises et de traiter les salariés comme de la viande à louer.

Trahison économique avec une politique d’austérité budgétaire irresponsable imposée par le gouvernement, tout en donnant dans le même temps 42 milliards aux entreprises avec “le pacte de responsabilité” : mais justement, de quelle responsabilité parle-t-on ? Sans aucune contrepartie, ni aucune obligation de créer des emplois, est-ce bien responsable ? Ou comment prendre l’argent dans les porte-feuilles des citoyens pour le déposer directement sur le compte en banque des entreprises : c’est un pur vol. Çela ne porte pas d’autre nom.

e885c67c16190ec41344a43def91f6a2

Pour tenir, notre régime n’a plus qu’une porte de sortie : faire monter la peur et nous dresser les uns contre les autres. Contre les fonctionnaires, contre “les assistés”, contre les étrangers, contre les musulmans, contre les réfugiés, contre l’Europe, contre les chômeurs, contre les familles nombreuses, contre son voisin…

Il ne faut plus se fier aux politiques sur aucun sujet. Nous, citoyens, sommes notre seule et unique porte de sortie. C’est en faisant, ailleurs, sans les politiques, en proposant un autre modèle, en écrivant nos lois et en votant pour elles et non pour des personnes que nous sortirons de l’impasse démocratique actuelle.

– Damien

le parti socialiste et les républicains, comme d’habitude, sont sur la même longueur d’onde pour limiter la démocratie

Le parti socialiste le parti les républicains se sont mis d’accord pour rendre public les signatures accordées pour un candidat à la présidentielle et les signataires devront envoyer eux-mêmes leur parrainage au Conseil Constitutionnel.

Avant, le candidat faisait signer un soutien et s’occupait lui-même d’envoyer ses 500 signatures. Là, le gars peut dire qu’il va soutenir le candidat et ne pas le faire. Les candidats avancent en aveugle.

Ainsi, on met la pression sur les élus qui verront leur nom apparaître publiquement en face des candidats à qui ils ont donné leur parrainage. Les moyens de rétorsion des partis face aux élus un peu trop libres sont nombreux : retrait de soutien officiel lors de la prochaine élection, arrêt de soutien financier pour la ville, la région ou tout projet… On voit le jeu malsain que les gros partis entretiennent face à des élus de terrain.

De plus, le temps de parole des candidats à la présidentielle devait être égalitaire pendant 5 semaines avant le vote : avec cette modification, le temps de parole égale est réduit à 2 semaines.

Donc le PS et le LR ont clairement phagocytés un pan de l’expression démocratique publique : on limite le temps de parole des petits candidats qui n’ont pas une machine électorale derrière eux, avec parti, copains journalistes et sponsors privés.

Certes l’élection présidentielle est la plus inutiles des élections car c’est le parlement qui vote les lois mais on voit bien que les partis usent et abusent de leur position dominante pour tout tenter afin de rester au pouvoir.

On aurait pu espérer des choses plus démocratiques comme le bulletin unique à toutes les élections, le vote à la proportionnelle lors des Législatives… Bref, rien de tout cela ici.

Ces gens ne méritent que les fourches. Et je reste modéré.

pour un coup d’état civil

Depuis hier au soir, les députés français ont voté l’ajout de l’état d’urgence à la Constitution. Ce sont donc 136 députés qui ont voté lors de cette session finale. Mais oú étaient donc les 441 autres parlementaires ? A la buvette ? Devant la télévision ?

Face à une modification si importante, face à un changement de notre Constitution, 80% des députés ne se sont mêmes pas déplacés pour voter ! Ils ne font même plus semblants.

Imaginons la même siutation à l’hopital si 80% soignants ne se déplaceraient pas un matin pour aller travailler. Imaginez votre lieu de travail avec  80% des gens qui ne se présenteraient pas. Que tollé général ce serait !

Et bien pour les parlementaires français, c’est normal, circulez.

La main sur le coeur, ils veulent que vous alliez voter pour eux à chaque élection, pour “sauver la démocratie” disent-ils, parce que “des gens sont morts pour la démocratie”. Voilà bien des paroles exagérées, des discours appris par coeur par les politiciens professionnels.

Je vous le dis de but en blanc : ces gens me dégoutent.

Pendant que nous polémiquons sur les accents circonflexes, notre pays se transforme pour devenir les Etats-Unis d’Amérique à la Georges Bush : suppression les unes après des libertés civiles, limitations (avant suppression ?) du droit de manifester et de se mouvoir librement, réduction du pouvoir judicaire pour en faire une chambre de validation des arrestations sommaires et assignations à résidence arbitrales du pouvoir exécutif, abrutissement des masses au profit de la télé, censure grandissante sur internet avec les multiples tentatives de “pseudo-régulations”, fin de la réflexion sur les sujets économiques ou sociaux qui nous touchent au quotidien…

Les politiciens et les partis politiques à la botte des grandes multinationales ne visent que leur maintien en haut de la pyramide en marchant sur les citoyens.  Cette révision de la Constitution et les lois sécuritaires successives n’a qu’un but : contrôler la population pour la tenir en asservissement.

Ne cherchez nul lutte contre le terrorisme, ce n’est que le prétexte actuel pour faire passer n’importe quelle loi. De préférence celles qui s’en prennent aux citoyens libres, pas aux paradis fiscaux.

Le système économique et financier de prédation et d’exploitation des ressources restera en place tant que les citoyens resteront amorphes face aux politiciens qui sont aujourd’hui le problème numéro 1 de ceux qui défendent l’intéret général, c’est-à-dire une vie meilleure pour ses concitoyens.

Nous donnons notre pouvoir démocratique à des représentants qui utilisent ce pouvoir pour nous enfermer et nous cantonner au rôle de votants pour leur donner notre voix de citoyen. Question serpent qui se mord la queue, le système est effectivement bien rodé…

Tant que nous aurons la tête dans notre smartphone et sur Facebook, tant que nous regarderons TF1 ou NCIS, tant que nous lirons Paris Match ou Closer, tant que nous préfererons notre confort Ikea et nos 2 semaines de congés obligaatoire au bord de la mer l’été, tant que nous voterons pour des gens prêts à aller faire la guerre dans des pays étrangers pour leur voler leurs ressources minières ou leur pétrole, il ne pourra pas y avoir de coup d’état civil, de reprise en mains de nos vies citoyennes.

Les politiciens, collabos du système financier, des banques et des multinationales,  continueront à utiliser notre pouvoir démocratique pour permettre l’atteinte d’objectifs de ces mêmes multinationales : faire du profit maximal maximal à cout zéro. Rappel : nos vies sont le coût zéro visé.

Notre système démocratique doit changer, le système représentatif est mort et enterré. Il faut passer à autre chose, il fut hacker la démocratie pour passer à une démocratie directe, une démocratie collaborative, aidée et soutenue par des citoyens de bonne volonté ayant l’intérêt général en tête et uniquement cela. Toutes les initiatives alternatives doivent être soutenues, cela demande du temps et de l’énergie, mais il n’y pas d’autres solutions.

Billet édifiant de Reflets sur le sujet : ici

voter aux deuxième tour des régionales ? Et pourquoi donc ?

Ah, le fameux appel au barrage contre le FN…. Ca n’est pas en glissant un vote en deux minutes tous les 5 ans que l’on fait barrage au FN.

Il va falloir que l’aristocratie élective se le mette en tête, la droite PS et l’extrême droite UMP-LR en premier lieu.

Faire barrage au FN, ça se travaille au quotidien, en prenant de vraies décisions pour lutter contre 10% de chomage, ce qui n’est pas fait depuis des années. Comment peut-on tolérer ce chomage de masse depuis tant de temps ?

C’est en luttant contre les lobbys financiers et corporatistes qui n’ont qu’un but, celui de maximiser leurs profits en payant le moins d’impôts possible et en produisant avec un cout proche de zéro, salaires y compris.

Lutter contre le FN, ce serait avoir un programme ambitieux pour le logement des habitants en détruisant les ghettos des banlieues et en construisant une ville paisible, écologique et attrayante.

Lutter contre le FN, ce serait renforcer les fondamentaux : donner de vraies ressources à l’Education Nationale avec des classes de 20 élèves, des locaux oú chaque professeur aurait un bureau, un ordinateur pour travailler, avec des programmes pensés pour acquérir la base, lire, écrire, compter, sans tablettes, ni Microsoft, ni ateliers bidons pour combler les fins de journées.

Voilà ce que serait un barrage contre le FN, un vrai barrage intellectuel, un investissement dans la vie des citoyens. Pas une prise d’otage le jour du vote.

Ceux qui hurlent pour “sauver la République” contre le FN sont ceux qui ont échoué à améliorer la vie de leurs concitoyens depuis 30 ans, ce sont ceux qui ont trahis leurs idées en déclarant que “leur ennemi, c’est la finance” tout en autorisant le travail le dimanche ou en continuant à négocier des traités de libre-échange comme le TAFTA/TTIP ou le TISA. L’intérêt général est bafoué au quotidien depuis trop longtemps.

Au final, ce sont encore les citoyens qui seront pris en otage par cette aristocratie qui devrait être exclue de toute vie politique.

Alors non, je ne sauverais pas la République ce week end.

– Damien

à quoi reconnait-on une démocratie ? Prenons l’exemple des J.O.

A force d’entendre que nous sommes une démocratie, tout en étant en état d’urgence depuis une quinzaine de jours et encore pour trois mois, il semblerait nécessaire de faire le point sur ce qu’est une démocratie.

Prenons l’exemple d’une municipalité qui veut organiser les Jeux Olympiques. Dans un premier temps, le futur candidat à la Maire peut l’inscrire dans son programme. “Une fois élu, je soumettrais la candidature de la ville à l’organisation des J.O. de 2050”. Si vous votez pour ce candidat, vous soutenez cette idée et cette envie.

Dans un second temps, il y a la municipalité qui décide en cours de mandature de soumettre la ville à la candidature. Cette candidature n’était donc pas dans le programme du maire. On peut changer d’idée en changement, ça n’est pas un problème.

Il y a donc deux façons de procédé :

  • le passage en force : la municipalité décide et les citoyens de la ville subissent cette décision, bonne ou mauvaise.
  • la consultation et le réferendum local des habitants de la ville.

Autant vous dire tout de suite que Paris et Hambourg, en concurrence pour les J.O. de 2024, ont donc deux façons de procéder très differente  !

Figurez-vous que la mairie d’Hambourg a demandé son avis à ses habitants, voyez vous ça ! La journaliste de France Info, entendue dimanche dernier, s’en étouffait presque à l’antenne en l’annonçant… Elle se félicitait qu’Hambourg puisse réfuser car cela donnerait plus de chance pour Paris.

Ah oui, quelle chance d’organiser les futurs déficits de la ville avec des dépenses montrueuses (Athènes, Londres) et voir sa ville devenir un encart pub avec les sponsors officiels… une sorte de COP21 encore plus crado.

On aura donc remarqué qu’une fois de plus, nos voisins allemands ne prennent pas la démocratie à légère, la faute à son histoire peut être. Nous, le pseudo pays des Lumières, ca fait bien longtemps que la classe politique les a éteintes, ces Lumières.

 

13 novembre 2015 : ne renonçons à rien

Des hommes armés s’en sont pris à nos concitoyens dans la capitale en déclenchant une série d’attentats meurtriers. Cela aurait pu être vous, cela aurait pu être moi. Il y a eu de nombreux morts, cent vingt neuf et plus de trois cent cinquante blessés. Ces hommes doivent donc être arrêtés et jugés par les lois de notre pays. Ceux qui ont tenu les fusils et tirés devront être punis ainsi que ceux qui ont aidé ces gens à faire cet acte terrible. Tous les complices.  Cela fait deux fois que cela arrive cette années dans notre pays. Deux fois de trop diront certains.

Or, en quelques jours notre pays a semble-t-il basculé dans la peur. Ce ne sont pas de nouveaux attentats qui ont fait basculer notre pays dans la peur, ce sont ceux qui le dirigent, ces prétendus hommes sages, élus par leurs pairs, élus par nous. Tous les partis politiques ont été sur la même longueur d’onde depuis cet infâme vendredi : des discours de guerre, bellicistes et pousse-au-crime ont fait écho de tout part.

Pour commencer, ces discours sont un aveu de faiblesse. Ils montrent la faillite intellectuelle des gens qui nous dirigent et ces paroles de violence proclamées en public sont un écran de fumée pour masquer leur inaction des dix, vingt dernières concernant le problème du terrorisme sur le terriroite. C’est aussi une tentative de dissimulation de ce que notre pays a causé comme dégâts depuis des décennies, ailleurs dans d’autres pays [1] [2].

Ensuite, c’est mentir : promettre des choses que la France ne pourra pas tenir sur la longueur est pour moi un mensonge honteux. Nous promettons de bombarder les hommes du groupe Etat Islamique afin de résoudre cette crise dans notre pays. Pendant combien de temps ? Quel cout financier les citoyens sont-ils prêts à accepter ? Et surtout, la meilleur question à mon avis : pour quelle efficacité ? La première puissance mondiale, les USA, ont pratiqué ce jeu, le bombardement à outrance, sur des pays comme l’Afghanistan ou l’Irak, pour quel résultat à ce jour ? La guerre contre le terrorisme ne peut pas être gagné comme ça [3]. La question n’est pas de choisir entre lancer des bombes et ne rien faire. Si vous voulez une solution pour résoudre la question du terrorisme en Syrie ou Irak, il faut y envoyer 200 000 hommes pendant 10 ans, y investir 5 milliards € pour construire des hôpitaux, des écoles et une administration compétente. Êtes-vous prêts à soutenir ce choix en envoyant votre fils ou votre mari là bas pour cela ?

Et pour terminer, nos dirigeants se sont lancés dans la surenchère sécuritaire en France en déclarant l’état d’urgence [4] pendant douze jours. État d’urgence aussitôt prolongé de trois mois sans même savoir si la période de douze jours avait pu utile pour résoudre quoi que ce soit. Faisons un parallèle avec médécin qui vous donne un traitement pour douze jours puis vous le prolonge dans la foulée pour trois mois : où est la crédibilité ?

Un préfet peut :
– restreindre la liberté de mouvement des citoyens en décidant que des zones sont interdites ou que les gens doivent rester chez eux pendant les créneaux horaires qu’ils décident.

Le ministre de l’intérieur peut :
– déclarer des zones de protection où les citoyens ne peuvent pas se rendre.
– obliger des gens à rester chez eux

Le ministre de l’intérieur ou le préfet peuvent :
– fermer des salles de spectacles, des bars et restaurants et des lieux de réunions
– déclencher des perquisitions à domicile, jour et nuit
– déclencher la censure de la presse et de la radio

En clair, la justice dans notre pays n’existe plus. A tout moment, des policiers peuvent fracasser votre porte, ravager votre appartement et vous mettre en garde à vue dans aucune enquête. Le délit de sale gueule officielle. Nous remettons donc nos libertés entre les mains de 3 personnes : un président de la république, un ministre de l’intérieur et un préfet. Je vois donc là un très gros problème démocratique.

Subir cela douze jours, pourquoi pas… mais le prolonger de trois mois, cela me paraît démesuré. Ces gens ont joué sur l’émotion généré par cet évènement pour passer la prolongation de l’état d’urgence en douceur. Quasiment personne n’a bougé, à part six députés [5].

Concernant l’état d’urgence, il est intéressant de voir que certaines choses sont plus urgentes que d’autres : on laisse les marchés de Noêl ouverts, on laisse les matchs de foot se jouer mais on va interdire les marches et manifestations contre la COP21 à Paris ? Ah, je comprends mieux pourquoi la droite PS a aussitot soutenu l’extension immédiate de l’état d’urgence, belle manoeuvre pour laisser les etats et le lobby des multinationales signer en toute tranquilité un pseudo accord. Je vous l’annonce : Paris ville déserte pendant les jours de ce sommet. Comment stopper le peu de démocratie possible pour s’exprimer aux citoyens ? Hop l’état d’urgence, c’est tellemenet pratique !

Après onze jours d’état d’urgence, les premiers dérapages ont déjà eu lieu [6]. On peut se réjouir qu’il n’y ait pas eu de mort encore.

Comment peut-on être gouverné par ces gens là, bon sang ? Mais posez vous la question du pourquoi tout ça ! Il faut changer la démocratie représentative, il faut changer de système où les décisions sont prises entre connaissances, pour protéger des intérêts particuliers des partis politiques comme gagner les élections avec de la démagogie sécuritaire, conserver la position de numéro deux mondial de vendeur d’armes dans le monde, faire vendre les armes de mon fabricant national à des dictatures…. C’est tout cela qu’il faut stopper.

L’intérêt général ne prime plus et pourtant l’ensemble de la société a été heureuse de voir les portes des hôpitaux s’ouvrir pour soigner les près de quatre cent blessés, nous avons été heureux de voir le personnel soignant rappliqué en quatrième vitesse de leur propre chef pour sauver des vies. L’intérêt générale existe, les politiques passent leurs temps à le miner par leurs petites considérations personnelles.

Les Français meurent sous les balles tirées indirectement par la politique étrangère de notre oligarchie, et maintenant, ils font semblant de résoudre la crise. Ce double discours est insupportable et je ne peux plus l’entendre.

Je lisais des commentaires sur le net concernant les évènements du 13 et souvent les gens écrivent des choses comme “nous n’y sommes pour rien”, “ils ont tué des gens innocents”. C’est malheureusement plus compliqué que cela. Les gens que nous élisons depuis des décennies agissent pour leurs comptes, pas le notre, c’est la grande faiblesse de notre démocratie représentative.

Nous n’y sommes pour rien car nous n’avons pas appuyé nous-mêmes sur la gâchette qui tue en Syrie, en Afganistan ou au Libye mais nous avons délégué notre voix de citoyen à des hommes et des femmes qui ont lancé des guerres en notre nom dans ces pays. Personne ne vous demande votre avis pour envoyer nos soldats se battre à l’étranger et bombarder des villes et des villages. Tout cela parce que vous acceptez la démocratie représentative.

Si nos politiques avaient du courage et de la fierté, ils pourraient prendre la même initiative que le gouvernement Suédois, par exemple, en coupant les relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite parce que ce pays ne respectent pas les droits de l’homme et traitent les femmes comme des êtres inférieurs ? [7]

On ferait de même avec tous les pays qui financent les terroristes qui viennent nous tirer comme des lapins dans les rues de la capitale, le Qatar entre autre. On pourrait aussi changer la politique de dénigrement contre la Turquie (à qui on a fait croire une entrée possible dans l’Union Européenne avant de lui fermer la porte aux nez) et la Russie, tout en arrêtant de suivre bêtement les Etats-Unis sur les divers champs de bataille de la planète. Cet article brillant de Reflets vous éclairera bien plus que je ne serais capable de le faire sur la situation de notre politique étrangère [8].

Nos forces sont la culture, l’enseignement, la diplomatie, la réflexion et il faut mettre tout cela au service d’un plan politique qui depuis de nombreuses années a été complètement abandonné en France et en Europe depuis trop longtemps. Quel est le rêve européen ? Quel est le rêve français ? Réduire des déficits ? Que la dette publique soit inférieure à 60 % du PIB ? C’est ca le rêve européen qu’on propose à 300 millions d’habitants ?

Alors ne vous étonnez que certains se perdent dans des délires et des rêves métaphysiques pour suivre un chemin destructeur. Si nous n’avons pas d’espoir à offrir, ni de réponse à cette crise du vide, alors nous sommes perdus.

Comme le dit si bien François Morel, ne renonçons à rien, y compris à changer notre démocratie représentative pour une démocratie meilleure, y compris à changer notre politique tout court.

 

 

l’UMP et le PS ont tué la démocratie représentative

Autant tout un chacun supportait la démocratie représentative depuis des décennies quand les questions abordées avaient 2 réponses possibles, 2 visions du monde clairement différentes : la vision de la “droite” et la vision de la “gauche”.

C’était facile de se repérer. Un peu simpliste mais on jurait allégeance à un des deux blocs et on pouvait tenir comme ça toute une vie.

Puis la mascarade a cessé quand la caste dirigeante, l’aristocratie élective, a commencé à avoir les mêmes avis sur tout,  en se soutenant mutuellement par moment, voir, en s’extrayant de certaines lois.

La droite et la gauche, symboliquement représentées par le RPR-UMP et le PS, ont été d’accord pour effacer le résultat du référendum de 2005 sur la Constitution Européenne que les citoyens avaient rejetés.

Ils ont été accord sur la façon de réguler la crise financière de 2008 (renflouer les banques avec notre argent à taux 0 et ne rien changer au secteur bancaire). Ils sont d’accord sur la croyance de la croissance comme but ultime à atteindre, ils prônent donc un capitalisme sans limite, ni morale. Ils sont d’accord pour laisser l’évasion fiscale des entreprises et des particuliers les plus riches perdurer (80 milliards € par an qui disparaissent de notre budget d’Etat quand le déficit de la sécurité sociale, c’est 12 milliards). Ils sont également d’accord pour détruire nos normes sociales, écologiques et sanitaires en signant dans notre dos et en douce des traités de commerce permettant aux multinationales de s’enrichir encore plus, en nous condamnant à n’être que des consommateurs.

Ils sont d’accord pour ne rien faire sur l’écologie (qui doit rester un gadget) et le rechauffement climatique (il va faire chaud mais on s’en fout).

Ils sont d’accord sur la politique étrangère (plutôt pro US, pro Israël, anti Russie, courbettes devant les dictatures pétrolifères (Qatar, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis) et la Chine comme atelier du monde.

Sauf qu’aujourd’hui, les décisions économiques et sociales frappent de plein fouet la vie des citoyens : ces décisions, comme la loi Macron ou la loi sur renseignement, baissent les normes sociales, intellectuelles et économiques des citoyens. Les avancées sociales et le progrès peuvent à tout moment remis en cause par un gouvernement de “gauche”, comme c’est le cas en ce moment.

Au final quelle différence entre ces 2 partis politiques ?

Là, la démocratie représentative devient un problème : quand les 2 blocs idéologiques ne font plus qu’un pour favoriser les intérêts privés des plus riches contre les plus pauvres, quand ils ne travaillent plus pour l’intérêt général, leur fusion idéologique devient évidente.

Le RPR-UMP et le PS ont tué la démocratie représentative en ne représentant plus les citoyens qui les élisent depuis très longtemps. Ces deux partis au final suivent bien un modèle de gouvernance, celui des entreprise et des lobbys, celui des actionnaires et des managers à la recherche du profit maximal aux dépends des citoyens.

Il serait bien temps que les citoyens ne cautionnent plus cette escroquerie qu’est le vote, cette imposture que sont les mandats de députés et cette mascarade d’un pouvoir exécutif, non pas au service des Français mais de leur propre intérêt personnel.

– Damien

 

les députés n’aiment pas l’email ou n’aiment pas être dérangés par les gouvernés ?

Comme vous le savez, j’ai sollicité les 14 députés du Rhône au sujet du projet de loi sur le Renseignement.

– Thierry Braillard et sa remplaçante Gilda Hobert
– Pierre-Alain Muet
– Jean-Louis Touraine
– Dominique Nachury
– Philippe Cochet
– Pascale Crozon
– Hélène Geoffroy
– Patrice Verchère
– Bernard Perrut
– Christophe Guilloteau
– Georges Fenech
– Michel Terrot
– Philippe Meunier
– Yves Blein

Résultat ?

2 réponses en 10 jours, 10 jours…

– Un assistant parlementaire de Dominique Nachury a agit quand il a vu que j’avais envoyé un seconde email à tous les députés du Rhône
– Yves Blein.

Désole de ne pas être un média complaisant qui va vous encenser ou encenser votre travail.
Désolé de ne pas être un lobby qui vous propose un séjour dans un 4 étoiles pour discuter de lois sur les cigarettiers
Désolé de déranger, je ne suis qu’un simple citoyen inquiet de la démocratie dans ce pays.

Il est grand temps que notre pays change et que la représentation des citoyens deviennent réelle : à quand des réferendums tous les 6 mois sur le sujets qui comptent ? A quand les réferendums d’initiative populaire [1] [2]? A quand un contrôle des députés avec explication sur leurs décisions et possibilité de révocation ?

La démocratie 2.0, ça ne semble pas pour tout de suite pour la France.

 

– Damien

une nouvelle page sur la Spirale Digitale : au sujet de la démocratie

Le sujet de la démocratie, de l’état de la démocratie dans nos vertes prairies, me passionne.

Afin de ne pas avoir de raisonnement simpliste, ni d’arguments irréfléchies sur la question, cela fait un certain temps que j’accumule des liens, des vidéos et des articles sur le sujet. Plutôt que de les garder dans mes favoris ou dans mon Evernote, j’ai décidé de les partager.

Chacun pourra voir un état des lieux de notre régime représentatif et des alternatives possibles pour rendre aux citoyens son pouvoir de décision sur la vie de la cité.

C’est ici que ça se passe.

Bonne lecture.

 

_ Damien