la censure est officiellement possible en France, sans enquête, ni juge

Sur ordre de la police, les moteurs de recherche doivent déférencer en 48h un site internet accusé de faire l’apologie du terrorisme, sans enquête, sans procès, ni recours.

La justice TGV, imposée par un gouvernement tueur de la liberté d’expression, est donc en marche.

Là où une instruction, un procès et un jugement seraient la norme, notre Etat « démocratique » a donc décidé de procéder de façon expéditive et sans appel.

Rappelez vous, ca commence toujours par le plus simple : les terroristes, les pédophiles et les méchants nazis.

Demain, la police aura-t-elle le droit d’entrer dans une librairie et de confisquer des livres sur ordre du gouvernement parce qu’ils ne correspondraient à la pensée du moment ou d’arrêter quelqu’un pour ses idées ?

Ma pensée finale est la suivante : qu’est-ce que l’apologie du terrorisme pour ce gouvernement ? Un dessin d’un enfant ?

Nos dirigeants ont tellement peur d’être bousculé par les citoyens qu’ils se prévalent de toutes les lois possibles pour se protéger et s’immuniser d’une révolution citoyenne.

D’ailleurs, appeler à une révolution citoyenne contre un gouvernement injuste et indifférent à l’intérêt général, est-ce un appel au terrorisme ?

Si le terrorisme est l’emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses, idéologiques ou crapuleuses, que penser de l’action du gouvernement pour aider les plus défavorisés  et favoriser les plus riches (évasion fiscale, Swiss leaks…) ?