à quoi reconnait-on une démocratie ? Prenons l’exemple des J.O.

A force d’entendre que nous sommes une démocratie, tout en étant en état d’urgence depuis une quinzaine de jours et encore pour trois mois, il semblerait nécessaire de faire le point sur ce qu’est une démocratie.

Prenons l’exemple d’une municipalité qui veut organiser les Jeux Olympiques. Dans un premier temps, le futur candidat à la Maire peut l’inscrire dans son programme. « Une fois élu, je soumettrais la candidature de la ville à l’organisation des J.O. de 2050 ». Si vous votez pour ce candidat, vous soutenez cette idée et cette envie.

Dans un second temps, il y a la municipalité qui décide en cours de mandature de soumettre la ville à la candidature. Cette candidature n’était donc pas dans le programme du maire. On peut changer d’idée en changement, ça n’est pas un problème.

Il y a donc deux façons de procédé :

  • le passage en force : la municipalité décide et les citoyens de la ville subissent cette décision, bonne ou mauvaise.
  • la consultation et le réferendum local des habitants de la ville.

Autant vous dire tout de suite que Paris et Hambourg, en concurrence pour les J.O. de 2024, ont donc deux façons de procéder très differente  !

Figurez-vous que la mairie d’Hambourg a demandé son avis à ses habitants, voyez vous ça ! La journaliste de France Info, entendue dimanche dernier, s’en étouffait presque à l’antenne en l’annonçant… Elle se félicitait qu’Hambourg puisse réfuser car cela donnerait plus de chance pour Paris.

Ah oui, quelle chance d’organiser les futurs déficits de la ville avec des dépenses montrueuses (Athènes, Londres) et voir sa ville devenir un encart pub avec les sponsors officiels… une sorte de COP21 encore plus crado.

On aura donc remarqué qu’une fois de plus, nos voisins allemands ne prennent pas la démocratie à légère, la faute à son histoire peut être. Nous, le pseudo pays des Lumières, ca fait bien longtemps que la classe politique les a éteintes, ces Lumières.