fermez Windows, osez la liberté !

La Fondation pour le Logiciel Libre avait lancé en 2013 une campagne afin de promouvoir l’utilisation de systèmes d’exploitation libres pour votre ordinateur.

Windows 8 à l’époque et Windows 10 pour PC aujourd’hui ou Os X pour Mac sont des systèmes commerciaux, fermés, espions et autoritaires.

– commerciaux : il faut payer pour les utiliser.

– fermés : vous ne pouvez pas voir comment ils sont faits, ni vérifier ce qu’ils font en détail et vous ne pouvez pas les modifier.

– espions : ces 2 systèmes savent en temps réel ce que vous faites avec votre machine à votre insu, ce que vous téléchargez, ce que vous installez, ce que vous regardez et le transmettent à leurs maisons mères.

– autoritaires : car ils peuvent également installer des logiciels à votre insu, voir en désinstaller à distance. Dans un futur proche, on peut imaginer un contrôle de ce que vous mettez sur votre disque dur avec effacement possible si ce contenu ne rentre pas dans leurs conditions d’utilisation de la société commerciale étasunienne.

On peut faire le parallèle avec le frigo dans votre cuisine qui vous dirait quoi acheter et quoi manger : des plats Findus, des plats fabriqués par les grands industriels plutôt que des plats maison dont vous connaissez la provenance parce que c’est vous qui les avez achetés puis cuisinés… Pas très sympa, hein ?

Il faut donc s’orienter vers des systèmes libres pour utiliser votre PC : qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ?

Et bien, on peut parler de la distribution Linux la plus connue : Ubuntu, gratuite, facile à installer et bénéficiant d’une grande communauté. Vous pouvez commencer par lire le guide du débutant qui répondra à toutes vos questions.

Il existe d’autres distributions grand public très efficaces : OpenSuse, Fedora, MageiaMint

Vous savez maintenant qu’il existe d’autres moyens gratuits, libres et respectueux de votre vie privée pour utiliser votre ordinateur, il reste donc à se lancer !

Le plus simple étant de créer une clé USB qui permet de lancer cette distribution au démarrage de votre ordinateur sans changer votre système actuel. Vous pourrez l’utiliser en parallèle de votre Windows.

Une fois à l’aise, vous pourrez installer ce nouveau système à côté de votre  Windows sur votre disque dure.

Puis, un jour, vous passerez intégralement sur une distribution GNU Linux en effaçant définitivement Windows.

mais pourquoi donc vouloir se passer de Google, Facebook, Apple ou de Microsoft ?

J’ai dédié une page de mon blog aux alternatives existantes pour se passer des GAFAM, toutes ces grosses entreprises numériques US qui dominent notre vie numérique. Les éviter n’est pas uniquement politique mais également social.

Est-ce que vous rêvez d’un monde uniforme ? Un monde dans lequel tous les habitants de la planète s’habilleraient en Gap, porteraient tous les mêmes Nike de la même couleur ? Un monde dans lequel chaque appartement serait meublé avec table, canapé et lustre Ikea ?

Un environnement où chacun roulerait avec le même monospace, de la même couleur lui aussi ?

Nous regarderions la même chaine de TV, écouterions la même radio et lirions tous le même journal.

N’auriez-vous pas l’impression d’être des robots ?

Et si un jour l’unique vendeur de voitures décident de vous suivre dans vos déplacements grâce à un GPS installé par défaut ? Et si le vendeur de meubles décide d’incorporer des micros pour vous écouter chez vous ?

C’est ce futur là que nous préparons en utilisant des services privés et fermés, tentant d’évincer la concurrence (Facebook, Gmail, Chrome, iPhone, Word, Excel…).

Vous avez de la personnalité, vous êtes un être unique, alors montrez-le ! Ne faisons pas comme le plus grand nombre, prenons les chemins de traverses.

Des alternatives existent, faites les vivre pour qu’un monde diversité persiste, pour permettre le pluralisme, la concurrence saine et bienveillante, le début du changement est là : cliquez donc !

vous défendez la liberté et les droits de l’homme, vous êtes le problème

Ça me fait de la peine d’avoir à écrire ce genre de billets seulement quinze jours après ces attentats meurtriers de Paris.

Dans une situation censée et mesurée, les autorités auraient appelé à un recueillement national, moment de réflexion où chacun aurait fait son introspection, où l’ensemble de la société aurait laissé le temps aux familles des défunts de vivre leur deuil. Cela dans le but de créer un climat de sérénité et de montrer que nous n’avons pas peur et que nous ne doutons pas.

Au lieu de cela, c’est donc la foire d’empoigne, la cacophonie du café du commerce et les discussions d’ivrognes de comptoir. Les politiques jouent avec la peur et vendent leur patriotisme de façade en demandant plus de sécurité et moins de liberté pour monter dans les sondages et gagner les élections régionales. Les médias font du sensationnalisme avec des photos, des images choquantes et donnent dans le larmoyant des témoignages de victimes. Les citoyens paniquent et chantent la marseillaise sans fin pour se sentir fort, communier, on ne sait pas trop, et utilisent les réseaux sociaux pour soulager leur peur, leur haine et autres sentiments confus.

Bref, c’est la surenchère.

Le problème avec la surenchère, c’est qu’une fois qu’on a bien trollé avec la proposition de peine de mort et les internements sans procès de personnes dites « sensibles », on fait quoi ?

Côté censure, nos politiciens professionnels n’y vont pas par quatre chemins : on voit le politicien Pierre Lellouche (Les Republicains, ex-UMP) agresser un site d’informations comme Numerama parce que ce site défend les droits de l’homme et on voit des députés PS essayant de faire passer le contrôle et la censure de la presse. Là encore, la droite PS et l’extrême droite Les Republicains/ex-UMP marchent donc main dans la main contre les citoyens.

Je rappelle aux politiciens PS/Les Républicains/ex-UMP que nous sommes les victimes de leurs décisions politiques ces 30 dernières années, que ce sont nos frères et nos sœurs qui sont tombés sous les balles au Bataclan et dans les rues de Paris. Pas eux. Et aujourd’hui, pour répondre à cela, ils proposent de nous maintenir dans un état policier, pratiquant les rafles aléatoires, les contrôles au faciès, interdisant les rassemblements politiques qui leur font de l’ombre comme la COP21 ? En fait, c’est la double punition : victimes des terroristes, victime de la violence de l’état. Mais je vais certainement me réveiller, hein.

Au final, nous arrivons à une situation où notre pays a ravagé de nombreuses régions dans le monde, a saboté sa police et ses forces de renseignement en imposant une perte de plus de 12 000 jobs (5 ans de Sarkozy)  et voit ses citoyens se faire tuer sur son propre sol.

Il va falloir récupérer des années de travail en retard, tout en ne tombant pas dans l’état policier à tous les niveaux.

 

 

_ Damien

la France tourne le dos aux Droits de l’Homme

Le Parti Pirate prend acte de la décision du Conseil Constitutionnel de valider, en grande partie, la loi dite de renseignement qui, de fait, restreint sévèrement notre droit à la vie privée, négligeant ainsi sa valeur constitutionnelle. Ce n’est plus le seul gouvernement, mais bien l’État Français qui tourne le dos aux Droits de l’Homme.

Loin de renforcer la sécurité, la validation de cette loi prouve que notre nation renie ses principes devant la menace et la violence. Elle se mute enun État policier,  en une société paranoïaque : les ennemis de la République  remportent, avec la validation de ce texte, une bien triste bataille.

Nous participeront à l’effort commun pour continuer la lutte contre les gouvernements extrémistes et cette vision de l’État qui l’oppose à ses citoyens. Nous formerons notamment les citoyens à protéger leur vie privée par tous les moyens qu’offre la technique. « La  démocratie n’existe pas sans vie privée » rappelait devant l’ONU Dilma Roussef, présidente de la république du Brésil. Notre liberté a été jeté aux orties par nos institutions. C’est au peuple français qu’il appartient désormais de la restaurer, ce que nous appelons chacun à entreprendre dès aujourd’hui en rejoignant nos rangs (http://adhesion.partipirate.org) pour préparer les prochaines élections législatives. A chacun de nous de défendre notre démocratie contre l’État qui l’assassine.

Thomas Watanabe-Vermorel « WVT »
Porte-parole du Parti Pirate

 __

 Communiqué de presse du Parti Pirate paru suite à la validation de la Loi Renseignement Hollande/Valls par le Conseil Constitutionnel.

 Qui est Charlie ?

 – Damien

une certaine idée de la liberté : pourquoi passer de Windows à GNU Linux

Je lisais ce billet intéressant d’un informaticien qui explique pourquoi il passe sur GNU Linux et quelles étapes il a suivi lors de ce transfert.

Le billet est posé, intelligent et sans agressivité, c’est agréable à lire. Je partage plutôt son point de vue.

Opposé Microsoft et GNU Linux ne sert à rien : les deux OS ne jouent pas dans la même catégorie et ne visent pas le même but.

Business, parts de marché à acquérir, écosystème fermé, puissance financière, monopole, alliances commerciales, imposition d’un modèle èconomique, recherche & développement, upgrade payant contre gratuité, partage, collaboration, dons, ouverture, hiérarchie, rentabilité inexistante ou faible, solidarité, bricolage, pas d’organigramme, communauté.

Vous aurez compris.

Windows a la chance de pouvoir entretenir sa position dominante auprès des constructeurs depuis… toujours.

Microsoft a su imposer son écosystème : Word, Excel et Powerpoint comme outils incontournables, la messagerie Hotmail en son temps, Office365 et Skype aujourd’hui. Microsoft a même su créer, soutenir et maintenir sa marque de téléphonie.

Windows Vista a été une catastrophe sans nom, Windows 8 a été un échec au niveau de ergonomique : et pourtant, aucun acteur GNU Linux n’a les épaules pour lui prendre 2% de parts de marché.

MS est un mastodonte, une machine de guerre de plusieurs milliards de dollars, avec un parc de machines et d’utilisateurs enormissimes et même s’ils font des pertes de temps en temps, ils ne tomberont jamais. Et on ne parle même pas des contrats d’affaires les plus obscurs, signés avec certains ministères comme le ministère de la défense, ou celui de la jeunesse et des sports en France (contrats « open bar » mon amour !)…

Comme l’auteur l’explique très bien, seule l’envie d’être libre permet de tenter l’aventure GNU Linux. Parce que nous avons encore le choix de la liberté.

la censure est officiellement possible en France, sans enquête, ni juge

Sur ordre de la police, les moteurs de recherche doivent déférencer en 48h un site internet accusé de faire l’apologie du terrorisme, sans enquête, sans procès, ni recours.

La justice TGV, imposée par un gouvernement tueur de la liberté d’expression, est donc en marche.

Là où une instruction, un procès et un jugement seraient la norme, notre Etat « démocratique » a donc décidé de procéder de façon expéditive et sans appel.

Rappelez vous, ca commence toujours par le plus simple : les terroristes, les pédophiles et les méchants nazis.

Demain, la police aura-t-elle le droit d’entrer dans une librairie et de confisquer des livres sur ordre du gouvernement parce qu’ils ne correspondraient à la pensée du moment ou d’arrêter quelqu’un pour ses idées ?

Ma pensée finale est la suivante : qu’est-ce que l’apologie du terrorisme pour ce gouvernement ? Un dessin d’un enfant ?

Nos dirigeants ont tellement peur d’être bousculé par les citoyens qu’ils se prévalent de toutes les lois possibles pour se protéger et s’immuniser d’une révolution citoyenne.

D’ailleurs, appeler à une révolution citoyenne contre un gouvernement injuste et indifférent à l’intérêt général, est-ce un appel au terrorisme ?

Si le terrorisme est l’emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses, idéologiques ou crapuleuses, que penser de l’action du gouvernement pour aider les plus défavorisés  et favoriser les plus riches (évasion fiscale, Swiss leaks…) ?