réguler internet, la tentation politique devient réalité

Régulation : nom féminin. (ancien français réguler, du bas latin regulare, régler)
1) Action de régler un appareil, d’en corriger le fonctionnement ; fait d’être réglé
2) Fait d’assurer un fonctionnement correct, un rythme régulier

 

______________________________________

Les tentatives ici et là de régulation d’internet n’ont qu’un seul et unique but : empêcher la liberté d’expression.

Internet permet de prendre la parole, chose que les politiciens ne supportent plus.

Quelle infamie de se faire reprendre par une personne issue de « la France d’en bas » (dixit Raffarin) : « mais qu’ont-ils tous à avoir quelque chose à dire… » est un bon résumé de la pensée de certains. La langue de bois ne fonctionne plus avec la vérification des faits et des chiffres que l’on peut faire sur le net, sans parler des vidéos et des documents publiés toujours présents sur la toile. Difficile de se donner le bon rôle ou de passer pour un héros quand on est juste médiocre. Les hommes politiques vont maintenant avoir l’obligation d’arrêter de dire des conneries et de mentir honteusement à tout bout de champs.

En fait, ne pas dire de connerie et ne pas mentir, c’est ce qu’une personne fait en général dans son travail : il faut travailler correctement sous peine d’être averti, sanctionné ou renvoyé. Je me demande bien qui peut sanctionner un homme politique indigne, incompétent ou menteur dans notre si belle démocratie ? Personne en fait et c’est anormal. Les hommes politiques ne subissent aucun contrôle, ils sont irrévocables par les citoyens. Sauf internet.

Dans un second temps, je me suis rendu compte qu’internet révèle l’inutilité de l’homme politique. Les sources d’informations classiques, télé-radio-presse, sont complètement bousculées par internet. Je connais de nombreuses associations très compétentes qui maintenant ont une exposition nationale, voir mondiale grâce à la toile. Il en est de même pour de nombreux blogs ou sites internet sérieux.

Quelle est la valeur ajoutée d’un homme politique qui n’a souvent fait qu’une seule chose tout au long de sa carrière, se situer dans un courant politique (extrême droite, droite, centre, gauche, extrême gauche) pour préparer sa future échéance électorale ?

Nos aristocrates politiques n’ont souvent qu’une seule spécialité : le situationnisme, sans parler du fait qu’ils ne nous représentent plus et sont aux ordres du premier lobby économique qui passe (tabac, voiture, assurances, armement, médical, banques…). Qui contrôle le travail des politiciens hormis eux-mêmes ?

Internet a tout changé. Et les politiciens, comme les maisons de disques ou les journaux papier, font partie du passé. Ils ne le savent pas encore mais ils sont obsolètes. Ou alors ils le savent et vont se débattre pour ne pas sombrer.

On comprend alors mieux la volonté des politiciens de verrouiller la parole citoyenne par tous les moyens : on ressort donc la lutte contre le terrorisme ou la pédophilie pour pousser vers un internet aseptisé et contrôlé (loi de Programmation Militaire, Loi sur le Renseignement de Cazeneuve et Valls, plus belle la gauche ?). Ils voudraient faire d’internet une nouvelle télévision avec 65 millions de moutons passifs qui seront abreuvés de messages officiels, contenu publicitaire, sans culture, ni liberté.

Le problème sur internet, ce ne sont pas les terroristes, mais ce sont les citoyens qui ne veulent plus subir la démocratie telle qu’elle est dans ce pays. Quelle démocratie avec 50% d’abstention lors des élections Départementales ? La faute à qui ? Aux citoyens négligeants ou à l’offre politique proposée avec des programmes économiques, sociaux et financiers communs UMP-PS ?

Pour en revenir au mot réguler, employons une définition plus appropriée pour les politiciens : censurer et neutraliser internet.

Cinq vidéos de 5 minutes à consulter en vrac pour avoir un avis éclairé, celui de Benjamin Bayart (merci Walane pour le lien)

http://bit.ly/18PPRNJ

Extrait vidéo de Jean-Marc Jancovici sur les politiciens, leur ouverture d’esprit, leur disponibilité et leurs « compétences »

https://www.youtube.com/watch?v=mm7jghN51gU

Qui propose un autre modèle de gouvernance ?

 

– Damien

peut-on encore dire « France, pays de merde » dans notre pays ?

Ah la polémique est belle, c’est l’histoire d’un footballeur mondialement connu, mécontent de perdre un match sous tension, c’est-à-dire avec beaucoup de buts, des duels et un arbitrage difficile, qui, après avoir perdu le match, lance des insultes exprimant son mécontentement et sa colère.

Pour ma part, ca ne me choque pas : que le premier qui a perdu un match, une partie de jeu ou s’est senti lésé par quelqu’un sans jamais lancer une insulte ou deux sous le coup de la colère me jette la première pierre…

l’insulte qui choque  »pays de merde » ?

Bof, là aussi, sous le coup de la colère, qui n’a pas jeté un « France, pays de merde », en regardant sa feuille d’impôts, la montée du Front National à chaque élection ou en critiquant les mêmes personnes au pouvoir depuis 30 ans qui laissent ce pays s’enfoncer lentement mais surement ?

C’est tout à fait le genre de polémiques stupides comme seul notre pays sait en créer.

Zlatan s’est bien intégré à notre pays : il critique vertement et de façon outrancière, à juste titre ou à tort, mais c’est très  »esprit français ». Et que fait-on de la liberté d’expression ? Plus personne n’est Charlie, j’ai l’impression…

des mots à ne plus prononcer, M. Valls et sa loi sur le renseignement vont s’en chargent

Pendant que les 3/4 des journalistes débattront sur le cas Zlatan et nous feront des leçons de moral à deux balles, le gouvernement français nous prépare la pire loi sécuritaire des pays Européens, la Chine et les USA nous devançant en la matière.

Avec cette loi, nous sommes tous présumés coupables et les écoutes physiques (micros, GPS, caméras, votre mobile…) et virtuelle (votre email, votre navigation internet) n’auront plus besoin d’aucun juge.

Si le pouvoir judiciaire est sans cesse transféré au pouvoir executif, on appelle ça comment comme régime politique ?

On débattait sur Diaspora* afin de savoir si la France était devenue une dictature, un état policier ou un pays totalitariste.

En déclarant lutter contre moins de 0,0001% de la population, supposé terroriste, nos gouvernants donnent leur aval pour réduire nos libertés. Peut être que dans quelques mois, ce sera pour interdire toute critiques contre le gouvernement, contre les politiciens, contre les banques ou contre le capitalisme ? Une fois les moyens techniques en place et les juges sur la touche, quelles seront les limites aux accusations et condamnations imposées par le pouvoir exécutif ?

Pour ma part, avec ces lois faites pour détruire la vie privée, la liberté et la justice, je pense de plus en plus que notre pays  peut devenir un pays de merde.

On devrait commencer par haïr le système mis en place, qui garde captif l’ensemble des citoyens dans un quotidien de production/consommation pour que le haut de la pyramide alimentaire continue à entretenir le système de captivité.

Les politiques et leurs alliés économiques mettront tout en place pour annihiler toute opposition crédible et citoyenne. La Loi de Programmation Militaire et la loi sur le renseignement sont des outils utiles à l’aristocratie républicaine en place depuis 30 ans pour se maintenir

Le pouvoir actuel ne vit pour sa survie.

– Damien