438 salopards ont modifié le cours de l’histoire en France

Il fallait s’y attendre : 438 députés paranoïaques ont donc voté la surveillance de masse en France sans passage devant le pouvoir judiciaire.

Paranoïaques parce qu’ils ont peur du terrorisme et qu’ils ont signé un chèque en blanc au pouvoir exécutif, au gouvernement, qui sera seul aux manettes pour gérer cette surveillance hystérique.

Ces députés effrayés par la guerre à nos portes, la fin du monde, ont décidé de voter (encore) des lois d’exception. Car oui, la situation de guerre civile en France l’exige. Car oui, l’ennemi est à nos portes, voir il est déjà là et il a tué des milliers de victimes innocentes, parce que les murs de notre pays sont repeints en sang… hein, quoi ? Pas vraiment ?

Ah bon. On vote  des lois d’exception en 3 semaines et y a même pas une guerre pour relancer la croissance ? Mince alors.

Mais alors pourquoi des députés face à l’avis de dizaines d’associations et d’organisme humanitaires, de syndicats de magistrats, d’avocats et de journalistes ont voté la fin de la démocratie en France ?

On peut relire l’Histoire, on peut réfléchir à ce qui les a poussé à voter l’état policier et leur trouver des circonstances atténuantes.

Personnellement, je ne prendrais pas ce chemin.

Nos décideurs, contre l’avis de l’ensemble des citoyens, ont décidé d’employer la surveillance de masse. C’est une faute morale et philosophique grave envers le peuple français.

Je me demande comment un représentant de notre pays en 2015 peut décider de mettre son peuple sous surveillance. Je ne comprends pas ce qui peut les pousser ainsi. Ou alors je comprends trop bien.

Ces 438 salopards ont protégé leurs caste politique.

Ils n’ont qu’un seul but : se protéger des citoyens qui utilisent internet comme un outil de transparence, qui demandent des comptes aux élus sur Twitter, qui envoient des emails pour faire valoir leur avis de citoyens, qui interpellent le gouvernement à la moindre occasion, qui mettent en lumière la collusion permanente des élus nationaux et européens avec les lobbys des multinationales, qui mettent en lumière la médiocrité quotidienne de nos aristocrates politiques.

Voilà le danger d’internet pour la classe politique : débattre, échanger, prendre des décisions collectives entre citoyens et non plus décider unilatéralement ce qui sera bon pour le petit peuple.

Et quoi, moi, élu, me faire interpeller par un abruti de la France d’en bas ? Chacun à sa place !

Chers députés, nous n’avons plus besoin de vous pour avancer. La connaissance est universelle grâce à internet, que cette connaissance soit politique, économique, écologique… tous les savoirs sont là, il suffit de tendre la main. Tous les outils pour apprendre et décider ensemble sont là, sur internet.

Nous n’avons plus besoin de votre chambre d’enregistrement des lois, l’assemblée nationale, qui ne sait pas débattre et qui est le doigt sur la couture pour obéir au gouvernement.

Nous n’avons plus besoin d’un homme qui décide pour tous, comme un roi, le présiden, le chef des armées, s’il faut aller attaquer tel pays, créer un embargo sur tel autre ou faire des sourires à des dictatures du Moyen-Orient.

En fait, il ne vous reste plus rien, vous êtes des dinosaures. Encore un peu de temps et nous n’aurons plus de besoin quand un nouveau régime sera en place, plus démocratique, plus en phase avec les citoyens, moins violent et socialement indifférent que celui que prône les dirigeants en place.

– Damien

PS : voici une liste de traîtres à la démocratie. A utiliser utilement lors des prochaines élections. Avant internet, cette liste serait tombée aux oubliettes, maintenant, cette liste restera gravée dans nos mémoires électroniques.

Groupe socialiste, républicain et citoyen (288 membres)
Pour: 252
Ibrahim Aboubacar
Patricia Adam
Sylviane Alaux
Jean-Pierre Allossery
François André
Nathalie Appéré
Kader Arif
Christian Assaf
Joël Aviragnet
Pierre Aylagas
Jean-Marc Ayrault
Alexis Bachelay
Guillaume Bachelay
Jean-Paul Bacquet
Dominique Baert
Gérard Bapt
Frédéric Barbier
Serge Bardy
Ericka Bareigts
Christian Bataille
Delphine Batho
Marie-Noëlle Battistel
Philippe Baumel
Catherine Beaubatie
Marie-Françoise Bechtel
Jean-Marie Beffara
Luc Belot
Karine Berger
Chantal Berthelot
Gisèle Biémouret
Philippe Bies
Erwann Binet
Yves Blein
Daniel Boisserie
Christophe Borgel
Florent Boudié
Marie-Odile Bouillé
Christophe Bouillon
Brigitte Bourguignon
Malek Boutih
Émeric Bréhier
Jean-Louis Bricout
Jean-Jacques Bridey
François Brottes
Isabelle Bruneau
Gwenegan Bui
Sabine Buis
Jean-Claude Buisine
Sylviane Bulteau
Vincent Burroni
Alain Calmette
Jean-Christophe Cambadélis
Colette Capdevielle
Yann Capet
Christophe Caresche
Marie-Arlette Carlotti
Martine Carrillon-Couvreur
Christophe Castaner
Laurent Cathala
Jean-Yves Caullet
Guy Chambefort
Jean-Paul Chanteguet
Marie-Anne Chapdelaine
Guy-Michel Chauveau
Jean-David Ciot
Alain Claeys
Jean-Michel Clément
Marie-Françoise Clergeau
Romain Colas
Philip Cordery
Valérie Corre
Jean-Jacques Cottel
Catherine Coutelle
Jacques Cresta
Pascale Crozon
Frédéric Cuvillier
Seybah Dagoma
Yves Daniel
Carlos Da Silva
Pascal Deguilhem
Florence Delaunay
Michèle Delaunay
Guy Delcourt
Pascal Demarthe
Sébastien Denaja
Françoise Descamps-Crosnier
Sophie Dessus
Jean-Louis Destans
Michel Destot
Fanny Dombre-Coste
René Dosière
Sandrine Doucet
Philippe Doucet
Françoise Dubois
Jean-Pierre Dufau
Anne-Lise Dufour-Tonini
Françoise Dumas
William Dumas
Jean-Louis Dumont
Jean-Paul Dupré
Yves Durand
Philippe Duron
Olivier Dussopt
Henri Emmanuelli
Corinne Erhel
Sophie Errante
Marie-Hélène Fabre
Olivier Faure
Alain Fauré
Hervé Féron
Richard Ferrand
Geneviève Fioraso
Hugues Fourage
Jean-Marc Fournel
Valérie Fourneyron
Michèle Fournier-Armand
Michel Françaix
Christian Franqueville
Jean-Claude Fruteau
Jean-Louis Gagnaire
Yann Galut
Guillaume Garot
Hélène Geoffroy
Jean-Marc Germain
Jean Glavany
Yves Goasdoué
Geneviève Gosselin-Fleury
Pascale Got
Marc Goua
Estelle Grelier
Jean Grellier
Edith Gueugneau
Élisabeth Guigou
Chantal Guittet
David Habib
Razzy Hammadi
Benoît Hamon
Joëlle Huillier
Sandrine Hurel
Christian Hutin
Monique Iborra
Françoise Imbert
Michel Issindou
Éric Jalton
Serge Janquin
Henri Jibrayel
Régis Juanico
Armand Jung
Laurent Kalinowski
Marietta Karamanli
Philippe Kemel
Chaynesse Khirouni
Bernadette Laclais
Conchita Lacuey
François Lamy
Anne-Christine Lang
Colette Langlade
Jean Launay
Jean-Luc Laurent
Jean-Yves Le Bouillonnec
Gilbert Le Bris
Anne-Yvonne Le Dain
Jean-Yves Le Déaut
Viviane Le Dissez
Michel Lefait
Dominique Lefebvre
Annie Le Houerou
Annick Le Loch
Patrick Lemasle
Catherine Lemorton
Christophe Léonard
Annick Lepetit
Jean-Pierre Le Roch
Bruno Le Roux
Arnaud Leroy
Michel Lesage
Bernard Lesterlin
Serge Letchimy
Michel Liebgott
Martine Lignières-Cassou
Audrey Linkenheld
François Loncle
Gabrielle Louis-Carabin
Lucette Lousteau
Victorin Lurel
Jacqueline Maquet
Marie-Lou Marcel
Jean-René Marsac
Philippe Martin
Frédérique Massat
Sandrine Mazetier
Michel Ménard
Patrick Mennucci
Kléber Mesquida
Philippe Nauche
Nathalie Nieson
Robert Olive
Maud Olivier
Monique Orphé
Michel Pajon
Luce Pane
Rémi Pauvros
Germinal Peiro
Hervé Pellois
Jean-Claude Perez
Sébastien Pietrasanta
Martine Pinville
Christine Pires Beaune
Philippe Plisson
Élisabeth Pochon
Napole Polutélé
Pascal Popelin
Dominique Potier
Régine Povéda
Christophe Premat
Joaquim Pueyo
François Pupponi
Catherine Quéré
Valérie Rabault
Monique Rabin
Dominique Raimbourg
Marie Récalde
Eduardo Rihan Cypel
Alain Rodet
Frédéric Roig
Bernard Roman
Gwendal Rouillard
René Rouquet
Alain Rousset
Boinali Said
Béatrice Santais
Odile Saugues
Gilbert Sauvan
Christophe Sirugue
Julie Sommaruga
Pascal Terrasse
Sylvie Tolmont
Jean-Louis Touraine
Stéphane Travert
Catherine Troallic
Cécile Untermaier
Jean-Jacques Urvoas
Daniel Vaillant
Jacques Valax
Clotilde Valter
Michel Vauzelle
Fabrice Verdier
Michel Vergnier
Patrick Vignal
Jean-Michel Villaumé
Jean Jacques Vlody
Paola Zanetti

Abstention: 17
Laurent Baumel
Nicolas Bays
Jean-Luc Bleunven
Kheira Bouziane-Laroussi
Nathalie Chabanne
Dominique Chauvel
Pascal Cherki
Laurence Dumont
Geneviève Gaillard
Daniel Goldberg
Mathieu Hanotin
Pierre-Yves Le Borgn’
Pierre-Alain Muet
Christian Paul
Patrice Prat
Marie-Line Reynaud
Denys Robiliard

Groupe de l’union pour un mouvement populaire
Pour: 143
Damien Abad
Elie Aboud
Bernard Accoyer
Nicole Ameline
Benoist Apparu
Laurence Arribagé
Julien Aubert
Olivier Audibert-Troin
Jean-Pierre Barbier
Jacques Alain Bénisti
Xavier Bertrand
Marcel Bonnot
Jean-Claude Bouchet
Valérie Boyer
Philippe Briand
Bernard Brochand
Dominique Bussereau
Olivier Carré
Gilles Carrez
Yves Censi
Jérôme Chartier
Luc Chatel
Gérard Cherpion
Guillaume Chevrollier
Alain Chrétien
Jean-Louis Christ
Dino Cinieri
Éric Ciotti
Jean-François Copé
François Cornut-Gentille
Jean-Louis Costes
Édouard Courtial
Jean-Michel Couve
Marie-Christine Dalloz
Gérald Darmanin
Olivier Dassault
Bernard Deflesselles
Lucien Degauchy
Rémi Delatte
Jean-Pierre Door
Dominique Dord
David Douillet
Marianne Dubois
Christian Estrosi
Daniel Fasquelle
Georges Fenech
François Fillon
Marie-Louise Fort
Yves Foulon
Marc Francina
Yves Fromion
Laurent Furst
Sauveur Gandolfi-Scheit
Annie Genevard
Guy Geoffroy
Bernard Gérard
Alain Gest
Daniel Gibbes
Franck Gilard
Georges Ginesta
Charles-Ange Ginesy
Jean-Pierre Giran
Philippe Gosselin
Philippe Goujon
Claude Greff
Arlette Grosskost
Serge Grouard
Jean-Claude Guibal
Christophe Guilloteau
Michel Heinrich
Michel Herbillon
Antoine Herth
Guénhaël Huet
Sébastien Huyghe
Christian Jacob
Denis Jacquat
Christian Kert
Nathalie Kosciusko-Morizet
Jacques Kossowski
Patrick Labaune
Valérie Lacroute
Marc Laffineur
Jacques Lamblin
Jean-François Lamour
Guillaume Larrivé
Charles de La Verpillière
Thierry Lazaro
Alain Leboeuf
Isabelle Le Callennec
Marc Le Fur
Bruno Le Maire
Jean Leonetti
Pierre Lequiller
Philippe Le Ray
Geneviève Levy
Gilles Lurton
Jean-François Mancel
Alain Marleix
Philippe Armand Martin
Patrice Martin-Lalande
Alain Marty
Jean-Claude Mathis
François de Mazières
Gérard Menuel
Damien Meslot
Pierre Morange
Alain Moyne-Bressand
Jacques Myard
Dominique Nachury
Yves Nicolin
Patrick Ollier
Valérie Pécresse
Jacques Pélissard
Axel Poniatowski
Josette Pons
Didier Quentin
Frédéric Reiss
Jean-Luc Reitzer
Bernard Reynès
Camille de Rocca Serra
Sophie Rohfritsch
Martial Saddier
Paul Salen
François Scellier
Claudine Schmid
André Schneider
Jean-Marie Sermier
Michel Sordi
Éric Straumann
Claude Sturni
Michèle Tabarot
Guy Teissier
Michel Terrot
Jean-Marie Tetart
Dominique Tian
François Vannson
Catherine Vautrin
Patrice Verchère
Jean-Pierre Vigier
Philippe Vitel
Laurent Wauquiez
Éric Woerth
Marie-Jo Zimmermann

Abstention: 20
Sylvain Berrios
Marc-Philippe Daubresse
Claude de Ganay
Anne Grommerch
Françoise Guégot
Philippe Houillon
Frédéric Lefebvre
Céleste Lett
Véronique Louwagie
Lionnel Luca
Thierry Mariani
Olivier Marleix
Alain Marsaud
Pierre Morel-A-L’Huissier
Bernard Perrut
Christophe Priou
Arnaud Robinet
Fernand Siré
Jean-Sébastien Vialatte
Jean-Luc Warsmann

Groupe de l’union des démocrates et indépendants
Pour: 17
Stéphane Demilly
Philippe Folliot
Meyer Habib
Francis Hillmeyer
Sonia Lagarde
Jean-Christophe Lagarde
Michel Piron
Franck Reynier
François Rochebloine
Maina Sage
Rudy Salles
André Santini
François Sauvadet
Jean-Paul Tuaiva
Philippe Vigier
François-Xavier Villain
Michel Zumkeller

Abstention: 2
Thierry Benoit
Laurent Degallaix

Groupe écologiste
Pour: 5
Éric Alauzet
Denis Baupin
Christophe Cavard
François-Michel Lambert
François de Rugy

Abstention: 2
Véronique Massonneau
Barbara Pompili

Groupe radical, républicain, démocrate et progressiste
Pour: 17
Jean-Noël Carpentier
Ary Chalus
Gérard Charasse
Jeanine Dubié
Olivier Falorni
Paul Giacobbi
Joël Giraud
Gilda Hobert
Jacques Krabal
Jérôme Lambert
Jean-Pierre Maggi
Jacques Moignard
Dominique Orliac
Thierry Robert
Stéphane Saint-André
Roger-Gérard Schwartzenberg
Alain Tourret

Non inscrits
Pour: 1
Sylvie Andrieux
Abstention: 1
Gilles Bourdouleix

 

messageries emails et webmails : que choisir ?

mise à jour de ce billet sur le Blog Libre : https://www.blog-libre.org/2016/12/16/messagerie-email-ethique-ou-comment-eviter-de-se-faire-braquer-sa-vie-privee/


Un sujet qui m’intéresse particulièrement sur le net est celui de la messagerie email. L’email est l’outil de base pour communiquer entre amis, membres de la famille et les professionnels. On m’a relancé récemment pour refaire un billet sur le sujet.

au commencement était l’email

La messagerie web est un outil basique, utilisé par tous pour échanger ou communiquer des lettres, des images ou des fichiers. On peut constater que ce service a peu évolué depuis sa  démocratisation ces 20 dernières années : il s’agit toujours d’envoyer  des messages d’un point A vers un point B, via un serveur. Ce serveur étant  mis à disposition par un tiers (une entreprise, une association…) ou mis en place par vous même. Je vais me concentrer sur la première situation : la seconde, l’auto-hébergement, n’étant pas à la portée immédiate du grand public.

Cet outil email est souvent proposé gratuitement aux internautes, quelques fois sous formes payantes.

Certaines messageries sont proposées par des sociétés étrangères (USA, Russie…), européennes (Allemagne, Suède, Islande) ou tout simplement Françaises et sont donc sous l’influence des lois locales. Par exemple, aux USA, la NSA consulte ce qui est stocké sur les serveurs informatiques de son pays sans autorisation de qui que ce soit. Certaines sociétés ont été victimes de cette politique d’espionnage comme Lavabit, ceux qui ont collaboré vont très bien, merci pour elles : Google, Microsoft, Apple, Yahoo pour la partie messagerie électronique.
Le projet de Loi sur le Renseignement en France, s’il est voté par l’Assemblée Nationale, pourra faire de même : consulter vos données stockées chez une entreprise implantée en France sans la consultation d’un juge d’instruction, c’est ça qui fait mal.

Parmis ces fournisseurs de messageries emails, certains lisent ouvertement vos conversations pour analyser votre profil et gagner de l’argent avec la publicité générée, d’autres entreprises ou associations s’engagent à ne pas lire votre correspondance du tout.

Il faut donc faire le tri.

  • service gratuit / service payant
  • loi locale problématique / loi locale respectueuse des instances judiciaires
  • service violant la vie privée de l’utilisateur / service respectueux de l’utilisateur

Il faut viser le meilleur : un service qui respecte l’utilisateur, installé dans un pays respectueux des instances judiciaires.

le pire : services non respecteux de la vie privée et/ou soumettant de la publicité, dans un pays aux lois problématiques

– Gmail (USA)
– Hushmail (USA)
– Mail.com (USA)
– Yahoo (USA)

service respectueux de l’utilisateur, dans un pays aux lois problématiques

– Outlook (USA)
– Pobox (USA)
– Mail.be : leur service est intégralement hébergé au Royaume-Uni
– Zoho (USA)
– GoDaddy (USA)
– Riseup (USA) :  j’ai quelques scrupules à l’enlever parce qu’il s’agit d’un collectif qui défend la liberté d’expression, promeut une société libre  et qui veut lutter contre le capitalisme. J’imagine la difficulté pour eux d’exister au milieu de la NSA… Il faut souligner le risque.
– Openmailbox (France, dons)
– Web4all (France, payant)
– Gandi (France, via l’achat d’un nom de domaine)
– OVH (France, via l’achat d’un nom de domaine)
Net-C (France, gratuit)
La Poste (France, gratuit)
– Zaclys.com (France, dons à partir de 4,80 Euros par an)
– Fastmail (Australie, payant, serveurs basés à New York)

services soumettant de la publicité (loi locale ?)

– Yandex Mail (Russie, gratuit)

service respectueux de la vie privée, sans publicité, loi locale acceptable (pour le moment ?)

– Autistici (Italie, gratuit)
Mail.be (Belgique, gratuit)
– Vivaldi (Suède, Norvège, gratuit)
– Kolab Now (Suisse, payant)
– Tutanota (Allemagne, gratuit et chiffré/crypté)
– ProtonMail (Suisse, gratuit et chiffré/crypté)
– Unseen (Islande, gratuit)
– StartMail (Pays-Bas, gratuit)
– Posteo (Allemand, payant)
– MailFence (Belge, gratuit)

conclusion

La conclusion fait mal : je ne conseillais pas les messageries américaines par le passé et je déconseille dorénavant les fournisseurs français. Il reste tout de même 9 services dont 7 gratuits qui respectent l’utilisateur et dont les lois locales sont respectueuses des instances judiciaires. A vous de faire votre choix !
Edit 17 avril 2015 : mail.be est hebergé en Belgique, je  l’ajoute à la dernìère rubrique.

j’ai écrit à ma députée pour lui parler de la Loi sur le Renseignement

Comme vous le savez peut être, vous pouvez contacter votre député par téléphone ou via email.

Ma députée est Dominique Nachury (UMP).

Je retente ma chance car je l’ai contactée à 2 reprises par le passé sans jamais avoir eu de réponses.

J’utiliserais donc mon adresse de blog pour la contacter, mon nom et prénom et adress physique.

Voici le message :

“Madame la députée,

Je vous écris car je suis un citoyen inquiet depuis quelques jours. Inquiet par le projet de loi sur le Renseignement que le gouvernement actuel, mené par M. Valls, va vous proposer de voter à l’Assemblée Nationale.

Je suis inquiet parce que deux juges antiterroristes, dont Marc Trevidic, le Syndicat de la Magistrature, la CNCDH, l’ordre des Avocats de Paris, la CNIL, l’Union Syndicale des Magistrats, Amnesty, Reporteres Sans Frontières, la Ligue des Droits de l’Homme et de la Quadrature du Net nous mettent très clairement en garde contre ce type de loi de surveillance.

Je lis également la presse comme La Croix (http://www.la-croix.com/Actualite/France/Loi-sur-le-renseignement-bientot-tous-surveilles-2015-03-31-1297227),
Le Monde (http://www.lemonde.fr/pixels/visuel/2015/04/01/la-galaxie-des-opposants-au-projet-de-loi-sur-le-renseignement_4607266_4408996.html),
le New York Times (http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/04/02/l-editorial-a-charge-du-new-york-times-contre-la-loi-francaise-sur-le-renseignement_4607771_4408996.html)
ou L’Express (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/loi-sur-le-renseignement-pourquoi-vous-avez-tort-de-ne-pas-vous-y-interesser_1665376.html)

Il m’apparait que ce projet de loi fait renoncer à une part de nos libertés et participe à une intrusion dans nos vies privées, la mienne et la votre, pour un résultat qui laisse vraiment perplexe (et sur sa finalité ?). Passons nous d’une société où le peuple élit ses représentants à un modèle où des gouvernants surveillent des gouvernés ?

Ce sont des outils de surveillance de masse qui vont être mis en place, des outils que les générations passées auront combattues toutes leurs vies.

Je n’ose pas imaginer ce qui pourraient être faits de ces outils entre de mauvaises mains.

En plus de l’aspect idéologique, il faut également se tourner vers l’aspect technique : la surveillance de masse va couter chère, très chèreet je vous conseille la lecture de cet article pour entrevoir le peu de résultats qui découleront de ce genre de lois, très bien sur le papier, techniquement irréalistes en pratique (http://reflets.info/pourquoi-la-surveillance-de-masse-induite-par-la-loi-sur-le-renseignement-nempechera-aucun-attentat/).

Pour conclure, sachez que les solutions de contournement à la surveillance sur internet existent déjà et sont ouvertement accessibles à tous (VPN, TorBrowser, messageries instantanées cryptées, cryptage des messages email…) : une formation d’une trentaine de minutes permettra de passer au travers des mailles du filet. Ceux qui veulent se cacher et causer du tort pourront le faire.

Je vous remercie de votre attention et reste à votre disposition pour toute information supplémentaire.

Sincères salutations.”

Wait and see.

– Damien

peut-on encore dire “France, pays de merde” dans notre pays ?

Ah la polémique est belle, c’est l’histoire d’un footballeur mondialement connu, mécontent de perdre un match sous tension, c’est-à-dire avec beaucoup de buts, des duels et un arbitrage difficile, qui, après avoir perdu le match, lance des insultes exprimant son mécontentement et sa colère.

Pour ma part, ca ne me choque pas : que le premier qui a perdu un match, une partie de jeu ou s’est senti lésé par quelqu’un sans jamais lancer une insulte ou deux sous le coup de la colère me jette la première pierre…

l’insulte qui choque ”pays de merde” ?

Bof, là aussi, sous le coup de la colère, qui n’a pas jeté un “France, pays de merde”, en regardant sa feuille d’impôts, la montée du Front National à chaque élection ou en critiquant les mêmes personnes au pouvoir depuis 30 ans qui laissent ce pays s’enfoncer lentement mais surement ?

C’est tout à fait le genre de polémiques stupides comme seul notre pays sait en créer.

Zlatan s’est bien intégré à notre pays : il critique vertement et de façon outrancière, à juste titre ou à tort, mais c’est très ”esprit français”. Et que fait-on de la liberté d’expression ? Plus personne n’est Charlie, j’ai l’impression…

des mots à ne plus prononcer, M. Valls et sa loi sur le renseignement vont s’en chargent

Pendant que les 3/4 des journalistes débattront sur le cas Zlatan et nous feront des leçons de moral à deux balles, le gouvernement français nous prépare la pire loi sécuritaire des pays Européens, la Chine et les USA nous devançant en la matière.

Avec cette loi, nous sommes tous présumés coupables et les écoutes physiques (micros, GPS, caméras, votre mobile…) et virtuelle (votre email, votre navigation internet) n’auront plus besoin d’aucun juge.

Si le pouvoir judiciaire est sans cesse transféré au pouvoir executif, on appelle ça comment comme régime politique ?

On débattait sur Diaspora* afin de savoir si la France était devenue une dictature, un état policier ou un pays totalitariste.

En déclarant lutter contre moins de 0,0001% de la population, supposé terroriste, nos gouvernants donnent leur aval pour réduire nos libertés. Peut être que dans quelques mois, ce sera pour interdire toute critiques contre le gouvernement, contre les politiciens, contre les banques ou contre le capitalisme ? Une fois les moyens techniques en place et les juges sur la touche, quelles seront les limites aux accusations et condamnations imposées par le pouvoir exécutif ?

Pour ma part, avec ces lois faites pour détruire la vie privée, la liberté et la justice, je pense de plus en plus que notre pays  peut devenir un pays de merde.

On devrait commencer par haïr le système mis en place, qui garde captif l’ensemble des citoyens dans un quotidien de production/consommation pour que le haut de la pyramide alimentaire continue à entretenir le système de captivité.

Les politiques et leurs alliés économiques mettront tout en place pour annihiler toute opposition crédible et citoyenne. La Loi de Programmation Militaire et la loi sur le renseignement sont des outils utiles à l’aristocratie républicaine en place depuis 30 ans pour se maintenir

Le pouvoir actuel ne vit pour sa survie.

– Damien