Windows et les 630 malwares

Début décembre, une des mes collègues m’expliquait que le PC portable de son fils de 16 ans ramait et que des pop-ups s’ouvraient sans arrêt. Le portable en devenait quasiment inutilisable. Je lui proposais donc de me l’apporter au bureau afin que je jette un oeil dessus entre midi et deux. Comme c’est la fin d’année, le taf est un plus calme et me laisse donc le temps de voir cette machine.

Arrive donc entre mes mains un laptop Toshiba de 2013 sous Windows 8, processeur i3 et 8 Go de RAM, config sympa. Ca commence par un alumage long, très long du PC. Le ventilateur souffle fort. Le processeur est à 45% d’utilisation, la RMA utilisée est à hauteur de 50% une fois le pc démarré.

Constats

Premier constat, le PC est en hyper activité sans lancer aucun logiciel…. Pas bon signe.

Deuxième constat, l’antivirus présent est McAfee : l’utilisateur n’ayant pas payé, il doit fonctionner au ralenti et n’est de toute façon plus mis à jour.

Troisième constat, il  y a plus d’une cinquantaine de mises à jour en attente. Cela veut certainement dire qu’aucune mise à jour n’a eu lieu depuis l’achat de la machine.

Quatrième constat, le PC est bourré de logiciels Toshiba maison au titre plus ou moins explicites. Quand c’est Toshiba System Restore, je comprends bien à quoi ça doit servir, pour d’autres logiciels, c’est assez obscure.

Je décide donc de connecter l’ordinateur à internet (via mon BlackBerry Classic en hotspot) et je lance le seul navigateur présent, Internet Explorer. Premier problème, je suis assailli de pseudo messages de sécurité pour installer des logiciels de protection, qui ne sont en fait que des malwares, des logiciels pièges, sans parler des barres outils commerciales qui ont envahies le navigateur de Microsoft.

Je décide donc d’installer un navigateur plus safe, que je pourrais configurer avec un bloqueur de pubs efficace, Opera en l’occurrence. Il m’aura fallu plus de quatre tentatives, la fermeture d’une dizaine de fenêtres de pubs, pour enfin arriver à télécharger Opera. J’installe ensuite Adblock Origin et je désépingle l’icone Internet Explorer de la barre des taches.

Je décide ensuite de désinstaller tous les programmes inutiles et malwares associés, soit plus d’une vingtaine en tout via le Panneau de Configuration Windows.

Je lance également le téléchargement de quelques mises à jours les plus urgentes.

Ensuite, j’installe Malware Byte et Avast. Malware Byte va détecter plus de 600 problèmes, malwares, codes bizarres, après une heure de recherche. Puis Avast, au boot, va mettre en quarantaine une centaine de fichiers infectés.

Pour terminer, j’installe CCleaner pour effacer les fichiers temporaires, faire un peu de ménage dans la base de registre et désinstaller les programmes récalcitrants que le désinstalleur Windows n’avait pas réussi à désinstaller.

Je coupe une petite dizaine de services inutiles pour gagner en ressources, type Windows Search ou Carte à puce…

J’installe Libreoffice, VLC et Foxit Reader, le minimum vital.

Après un dernier boot, la machine utilise 12-20% de RAM et le processeur se repose à 5%. Le ventilateur s’est calmé. Il m’aura fallu 5 heures pour arriver à ce résultat.

Conclusion

Plusieurs choses me viennent en tête :

  • les ordinateurs de marques sont souvent blindés de logiciels “maison” inutiles. Cela ralentit et occupe le système pour rien.
  • les antivirus payants type McAfee et Norton doivent être désinstallés et remplacés par un antivirus de type Avast, Panda ou Comodo en version gratuite, quitte à payer ces petites boites pour leur boulot par la suite.
  • mettre à jour un Windows est compliqué et peu clair pour l’ensemble des utilisateurs lambda. Comme ca à l’air compliqué, les utilisateurs ne les font pas.
  • la pédagogie et la patience nous sauveront tous : arrêtons de cliquer sur “OK” sans lire ce qui se passe à l’écran, ca évitera de se retrouver plomber avec des logiciels poubelles et des malwares.
  • je sais que dans 6 mois, ce pc sera redevenu sale parce que l’utilisateur n’a pas la formation, la connaissance pour entretenir/utiliser son pc correctement, voire conscience qu’il faut faire attention.
  • une machine sous GNU Linux, sans antivirus, sans hygiène, ni pédagogie de l’utilisateur, aurait toujours été clean et utilisable comme au premier jour.

 

traquer les chômeurs et surtout les contrats bidons de l’État avec Microsoft ?

Je lisais ce matin que le gouvernement avait l’intention de surveiller les comptes en banque des chômeurs, ces dangereux criminels qui ont provoqué la crise financière de 2008, creuser la dette publique à eux tout seuls et qui font exprès de se retrouver sans travail, eux, les vilains profiteurs du système…. De la mauvaise graine quoi.

Je propose au gouvernement de plutôt surveiller les comptes bancaires de certains multinationales qui “oublient de payer” leurs impôts via des paradis fiscaux. Ce sera plus productif. 80 milliards par an, c’est dommage de louper ça.

J’invite également le gouvernement à faire le ménage dans ses contrats passés en douce avec Microsoft, que ce soit pour l’armée et dernièrement pour les ministères du Travail, de la Santé et de la Jeunesse et des sports… Enfin, quand je dis “dernièrement”, c’est plus ou moins faux car ces contrats ont été signés en douce, en toute discrétion. Si c’est un appel d’offre public, il aurait dû être notifié dans le Journal Officiel. Or, on ne retrouve rien. Bizarre.

Outre le fait que nos administrations utilisent des outils privateurs, fermés et incontrôlables, j’imagine que les données de l’Etat, nos données donc, seront stockés sur le cloud de Microsoft, sur Onedrive. Donc en accès direct pour les USA et ses services de renseignement. Brillant, non ?

La même bêtise qui avait poussée l’armée française à signer un contrat avec Microsoft se perpétue donc avec de nouveaux ministères.

On n’entend pas trop les Gaullistes et autres “patriotes” de tout bord quand il s’agit de jeter la souveraineté nationale numérique à la poubelle.

Le mandat de F. Hollande sera donc l’un des pires concernant les atteintes à la vie privée et à l’espionnage des citoyens, ça mérite une petite médaille ?

– Damien

le smartphone est une télécommande à consommateurs ?

Après avoir succombé au pouvoir du marketing en s’achetant un téléphone à 500 € pour faire bien hype, M. Toulemonde doit tout de suite donner sa carte de crédit pour ouvrir un compte client. Il doit également passer par un magasin centralisé d’applications. Si la marque de son téléphone le permet, il pourra éventuellement prendre des photos de certains lieux ou passer des appels. Je dis bien éventuellement.

Cet article de Next Inpact en donne l’explication : Apple et Microsoft se réservent la possibilité de désactiver certaines fonctions de votre appareil mobile à distance.

Prises de photos, émission ou réception d’appels, prise de vidéos… Le fabricant de téléphone se réserve le droit de vous laisser ou non la liberté d’utiliser ces outils.

On nous parle de salle de cinéma pour ne pas déranger le voisin ou de l’habitacle de la voiture quand on conduit… Que de beaux exemples. Je ne savais pas que les constructeurs de smartphone se souciaient autant de notre bien être.

Premièrement, c’est une atteinte à la liberté. Vous achetez un produit et vous avez le droit d’en disposer comme bon vous semble. Mais cela fait bien longtemps que des entreprises comme Apple, Google ou Microsoft ont blindé les conditions d’utilisations de leurs appareils ou logiciels. Vous n’avez plus le droit d’en faire ce que vous voulez, que ce soit au niveau hardware ou software. Vous êtes pieds et poings liés. Ça ressemble en tout point aux constructeurs automobiles qui vous obligent à passer par le concessionnaire agrée ou le constructeur lui-même pour changer une simple ampoule. Il faut faire payer et encore payer le consommateur.

Deuxièmement, cela permet par exemple de s’assurer que personne ne prenne de photos ou n’enregistre une vidéo lors d’un concert. On « protège » l’artiste et on censure les utilisateurs. Au passage, on vous signalera par SMS, à la fin du concert, la possibilité d’acheter pour une somme modique les photos officielles du concert que vous venez de voir sur votre magasin d’applications. Comme par hasard.

Cela permettrait comme on l’a vu pendant les Jeux Olympiques de Londres de bloquer à distance et en masse tous les smartphones qui tenteraient de prendre des photos des Jeux car les droits d’exploitation sont réservés au Comité Olympique ! A ce propos, lire cet excellen10t article sur le cauchemar cyberpunk des JO 2012. Où commence le droit à l’information, le droit de disposer de son matériel ou le droit d’exploiter commercialement un évènement ? On le voit également en ce moment où les fédérations européennes de football se battent contre Vine qui permet à tous de filmer un but lors d’une rencontre et de le partager publiquement sur les réseaux sociaux.

Et puis, on ne parle même pas de ce que ferait une dictature avec ce genre de capacités sur nos téléphones et autres objets connectés.

Troisièmement, je le dis et le répète : il manque une alternative au niveau des OS de smartphones ! Android, iOS ou Windows : même combat ! Fermés, contrôlés et espionnage des utilisateurs… J’en viens à me dire que Blackberry me parait moins glauque.

Nous ne sommes plus maître de nos smartphones. L’utilisateur est, d’une manière générale, de plus en plus soumis à la technologie qui l’entoure et qu’il ne la comprend plus. Il faut donc faire l’effort pour comprendre les tenants et les aboutissement des appareils que nous utilisons afin de ne pas finir comme des moutons, soumis et dociles, prêt à aller à la tonte !

– Damien