j’ai cassé ma Lubuntu ou comment découvrir de nouveaux programmes sympas

Je me suis lassé de Xubuntu. Certains petits problèmes avec la barre des taches et autres installations hasardeuses de programmes de ma part, je décidais de repartir sur quelque chose de neuf.

Après quelques essais, je suis tout simplement parti sur une Lubuntu : très légère, 256 Mo de RAM consommés au démarrage, réactive, peu de programmes, cela me convenait amplement.

Je décidais d’installer basiquement LibreOffice, VLC, Firefox, Thunderbird, Avidemux… la totale comme d’habitude. Après encore une manipulation hasardeuse, installation de Zebra Desktop et quelques -su de trop, je me retrouvais avec une distribution cassée.

repartir sur de bonnes bases ?

Je réinstallais donc Lubuntu avec en tête l’envie d’arrêter de tester des trucs mais de me fixer à certains programmes et d’arrêter de faire joujou.

outils de base

App Grid pour avoir un joli magasin d’applications
– le gestionnaire de fichier Thunar avec le plugin de gestion d’archives
– Firefox
– Opera comme deuxième navigateur
Yandex beta pour GNU Linux comme troisième navigateur
– Thunderbird
– gThumb pour gérer et retravailler sommairement des images
– Shutter pour des copies écran
– MultiSystem pour installer des .iso de distributions GNU Linux, pour faire des tests de temps en temps sur ce qui sort.
– Evince pour visionner des .pdf
– qBittorent
– LibreOffice
– Avidemux
– Gparted
Quod Libet pour la musique
– OwnCloud desktop client pour mes sauvegardes de documents
– Veracrypt pour créer des espaces chiffrés
Xnconvert
– Hotot pour utiliser Twitter
MAT pour anonymiser les métadonnées de mes fichiers que je publie
Lync Linux pour le travail (malheureusement…)

Allez, je m’y tiens afin de ne rien casser ces 15 prochains jours !

– Damien

 

plaidoyer pour internet et la transparence

« Je suis fondamentalement convaincu qu’Internet peut mettre fin à l’asymétrie de l’information qu’ont imposé les puissants au reste du monde. C’est le sens de notre combat. Un renversement des transparences : ce n’est pas à l’État de tout savoir de ses citoyens, mais aux citoyens de tout savoir de l’État »

– Julien Assange

Cette citation de Julien Assange résume ces 40 dernières années de cheminement de l’information.

Nous ne voulons plus que la parole politique soit dispensée par quelques aristocrates politiques, soutenus par des médias pseudo officiels financés par le monde de la banque, de l’armement, du BTP… vivant eux-mêmes de la commande publique

Nous ne voulons plus que l’Etat décide de projets comme le traité d’affaires TAFTA dans notre dos.

Nous ne voulons plus les cadeaux fiscaux de l’Etat aux plus grandes corporations de ce monde au dépens des contribuables.

Nous ne voulons plus être infantilisés par l’Etat qui nous explique que les services publiques coûtent trop chers alors que c’est la dette générée auprès des banques privées qui tue notre économie.

Nous ne voulons plus que les lobbys financiers écrivent les lois pour les députés.

Nous ne voulons plus d’un Etat qui part en guerre dans des pays étrangers pour sauvegarder les intérêts financiers de groupes privés qui exploitent les populations locales et leurs ressources minières et agricoles.

Nous ne voulons pas d’un Etat qui espionne ses citoyens pour empêcher les journalistes indépendants de faire leur travail et les citoyens de s’exprimer librement sur internet.

Nous voulons la transparence à tous les étages de la démocratie, de la mairie de quartier au sommet de l’Elysée.

Internet est notre outil, à nous les citoyens, c’est le seul que nous ayons pour demander des comptes ouvertement et directement à l’ensemble de nos élus.

Alors non, ne laissons pas internet devenir une télévision 2.0 avec la Loi sur le Renseignement, ne passons pas sous surveillance.

 

– Damien