pourquoi choisir Ubuntu (et ses dérivés) comme distribution GNU Linux plutôt que Windows ?

Au début, il y a Windows. Il n’y a que Windows d’ailleurs.

Puis un jour, vous plantez votre système parce que vous avez jouer au roi du bricolage en touchant des clés dans la base de registres du système. Ou alors votre système plante parce que vous avez trop de pop-up ou fenêtres qui s’ouvrent sans rien demander (virus ? malware ?). Bref, Plus rien ne fonctionne et le démarrage ou l’utilisation de la machine est impossible.

Vos données sont perdues et vous devez réinstaller tout le système opérationnel de votre PC de A à Z. Si vous savez le faire d’ailleurs…

D’abord le CD d’installation de Windows, puis les différents CD de pilotes graphiques, de la carte mère, de la carte réseau, du wifi, du scanner et de l’imprimante. Vous passez les galettes et vous attendez patiemment que tout s’installe. Vous exécutez les fichiers d’installation les uns après les autres.C’est long, très long et ça marche enfin.

C’est drôle parce que Windows est un système pour faire fonctionner votre PC mais en fait, il ne fait pas fonctionner grand chose au départ. La résolution de votre PC dernier cri atteint les 800 x 600 au premier démarrage. En connectant la prise internet RJ45, rien ne se passe : la carte réseau n’est pas reconnue. Et le wifi non plus n’est pas reconnu donc zéro connexion au réseau. Non, définitivement, il ne fait pas fonctionner grand chose ce Windows, sans installer une dizaine de pilotes supplémentaires…

Puis un jour, on vous parle de distributions Linux. Un truc qui fait comme Windows mais gratuit. Enfin, pas vraiment comme Windows parce qu’à l’époque, il n’y avait pas de jeux.

Alors je me suis lancé et j’ai testé de nombreuses distributions sur mon ordinateur. Ce qui est étonnant avec ces distributions, c’est qu’en les installant, tout fonctionne (ou presque) : la carte graphique et la résolution sont nickel dès le départ, la carte réseau s’active et le wifi s’allume instantanément. Parfois le port imprimante n’est pas reconnu tout de suite mais rien d’inférieur à ce que fait Windows, bien au contraire ! Mon PC est utilisable à chaque fois d’emblée, à 99%. Étonnant, non pour un truc gratuit ?

Je gardais une distribution plusieurs mois puis j’en testais une autre. Cela a duré comme cela 2-3 ans.

Aujourd’hui, je me suis stabilisé sur Ubuntu/Xubuntu/Linux Mint.

Pourquoi Ubuntu/Xubuntu/Linux Mint ?

– parce que ça marche, pas besoin de bricoler quoi que ce soit, et que cet environnement est simple à utiliser.

– parce qu’il y a un très bon écosystème autour d’Ubuntu, comprenez des logiciels à la pelle et un système centralisé et ouvert d’applications (un app center mis en place bien avant tous les apps centers des smartphones).

– parce que la communauté est importante sur le net et que vous trouverez du support facilement.

– parce Steam s’est enfin associé publiquement à ces distributions et que les jeux marchent.

– parce que des choses plus techniques existent et sont facilement accessibles (gestion d’énergie améliorée du laptop ou améliorer la prise en charge des pilotes Nvidia Optimus) en quelques lignes de commandes.

– parce qu’une distribution doit être le porte-drapeau du monde issu de GNU Linux libre et gratuit, et qu’Ubuntu et ses dérivés peuvent être celles là et réussir alors que les autres sont encore loin derrière.

A chacun ses motivations et ses envies au final. J’espère vous avoir donné envie de tester Ubuntu ou tout autre distribution afin de mettre le pied dans le monde de GNU Linux.

tablettes et téléphones Ubuntu, c’est parti !

Vous devez être au courant, ca y est, le système d’exploitation GNU Linux Ubuntu va apparaître sur une tablette et sortira sur un nouveau téléphone haut de gamme !

Je plussoie l’article de Dada à ce sujet, c’est une véritable chance à saisir et cela à plusieurs titres.

  • avoir un matériel sous Ubuntu, c’est prendre ses responsabilités face au duopole Android Google et iOs Apple
  • c’est soutenir une troisième voie : celle de la défense de la vie privée et de nos libertés. Liberté tout court de pas voir nos données servir de pompes à fric pour Google, liberté de bricoler Ubuntu qui est un système ouvert face à un système fermé et cadenassé comme Apple.
  • c’est aussi faire preuve d’originalité comme le souligne si bien Dada et de se faire remarquer avec un matériel qui se distingue des smartphones ennuyeux et uniformes de la galaxie Samsung (jeux de mot/rire dans la salle) et iPhone.

La tablette BQ Aquaris M10 est une tablette de moyenne gamme, idéale pour 80% des taches : faire du surf sur le net, regarder des films, faire du réseau social ou consulter ses emails et peut être pas trop de jeux puissants par contre. En définitive, cela comblera donc 100% des mes attentes et me permettra de remplacer ma tablette googlisante actuelle.

Quant au téléphone Meizu Pro 5 Ubuntu, il est très satisfaisant : puissant, bon appareil photo et de la RAM à gogo, ce sera donc un téléphone moderne et tout à fait à la hauteur. Un futur remplaçant de mon BlackBerry, sans devoir passer par Android ou iOS, ce qui est un véritable soulagement pour moi.

Emballons nous, achetons ces produits là et voyons ce que nous réserve ces 2 belles alternatives !

– Damien

oui, l’arrivée d’une tablette sous Ubuntu est une bonne nouvelle

J’apprenais avec joie que des tablettes sous le système d’exploitation Ubuntu vont arriver sur le marché courant avril 2016.

Je possède une tablette Samsung Galaxy 2 depuis 2-3 ans, elle commence à ramer mais elle remplit encore son office : diffuser des séries quand je suis en déplacement professionnel, faire tourner Neflix à la maison, faire du Twitter via Plume et lire des flux RSS via The Old Reader.

L’intérêt d’une tablette, d’un téléphone ou d’un ordinateur sous Ubuntu est multiple :

  • un système d’exploitation ouvert et gratuit
  • un système qui respecte la vie privée de ses utilisateurs.
  • un système qui repose sur sa communauté, une communauté qui contribue à l’amélioration du système

Donc pas Google, Apple et Microsoft qui n’ont de cesse d’espionner tout ce que fait l’utilisateur, de connaître les moindres faits et gestes avec son téléphone ou son ordinateur et d’observer ces fichiers et données privées, sans parler de l’obligation de ces entreprises commerciales de gagner de l’argent pour répondre à la volonté de ses actionnaires.

la bataille commerciale des tablettes

Ubuntu arrive alors que le marché des tablettes est déjà bien saturé, c’est évident, mais la proposition est différente : le mot clé est convergence. L’intérêt pour Canonical, la maison-mère d’Ubuntu, est de proposer son système d’exploitation sur tous les formats possibles, ordinateur, téléphone et tablette. Ainsi, l’utilisateur final retrouve son environnement habituel sur tous les terminaux qu’il utilise, ainsi que les mêmes logiciels et progammes, synchronisés d’une plate-forme à l’autre, j’imagine.

Si Ubuntu ne peut pas s’imposer sur les PC face à l’omniprésence de Microsoft, l’arrivée sur tablette peut être un moyen de se faire connaitre plus facilement. Franchir l’étape de l’achat d’une tablette sous un OS différent sera certainement plus facile que d’acheter son ordinateur familial sous Ubuntu pour le grand public. J’imagine qu’un cout inférieur aidera à franchir le pas également. Pour consulter Marmiton, faire du Facebook et regarder des replays TV, une tablette Ubuntu aura des arguments à faire valoir bien évidemment.

la bataille politique des tablettes

Politiquement, il y a des pays que cela pourrait intéresser, comme la Russie et la Chine, qui n’ont pas la volonté de soumettre leurs données privées et surtout commerciales à une entreprise étasunienne qui marche main dans la main avec l’état US. Espérons que la politique internationale aidera les tablettes Ubuntu à se propager plus surement. A noter à ce sujet la sortie des Bq Ubuntu sur le marché russe.

La France parle de fabriquer son OS souverain afin de se détacher de l’influence des entreprises américaines : est-ce qu’un politique Français est au courant de l’existence de Mageia, une distribution GNU Linux développée par une association française depuis de nombreuses années ? Au lieu de gaspiller l’argent public comme ce fut le cas avec Numergy et Cloudwatt (“pour un cloud souverain”, on en rit encore…), notre pays aurait meilleur compte de soutenir Mageia avec un financement digne de ce nom. Laissons faire les acteurs qui connaissent leur métier…

D’un point de vue plus ironique, pourquoi déclarer vouloir un OS français pour se défaire de l’influence étasunienne alors notre président prévoit de pousser plus avant l’intégration de notre pays dans l’OTAN, organe militaire tenu par les USA…. Inconsistance de nos politique ? Paroles, paroles ?

Bref, avoir une tablette sous Ubuntu disponible pour le grand public permettra d’engager et de continuer les discussions sur l’exploitation des données privées des utilisateurs, sur l’intêret d’un système communautaire plutôt que commercial et d’un systême ouvert et libre plutôt qu’un systême fermé qui fait “je-ne-sais-quoi-dans-notre-dos” et qui nous contrôle comme une marionnette.

– Damien

 

quels sont les problèmes liés à l’utilisation de Windows et Os X ?

Ce billet est un rappel, il n’est pas en soi très original mais il permet de poser les bases entre un système libre pour faire fonctionner son ordinateur (Ubuntu, Linux Mint, Debian, Fedora…) et un système commercial tel que Windows ou Os X.

Windows (XP, 7 ou 8) pour PC et Os X pour Mac sont des systèmes commerciaux, fermés, espions et autoritaires.

– commerciaux : il faut payer pour les utiliser.

– fermés : vous ne pouvez pas voir comment ils sont faits, vous ne pouvez pas analyser le contenu et vous ne pouvez pas les modifier.

– espions : ces 2 systèmes savent en temps réel ce que vous faites avec votre machine, ce que vous téléchargez, ce que vous installez, ce que vous regardez à votre insu. La politique d’envoi de données est assez opaque et peu honnête.

– autoritaires : car ils peuvent également installer ou enlever des logiciels sans votre permission de votre propre PC. Vous ne contrôlez rien. Dans un futur proche, on peut imaginer un contrôle de ce que vous mettez sur votre disque dur avec effacement possible si ce contenu ne rentre pas dans les conditions d’utilisation de ces entreprises commerciales.

On peut faire le parallèle avec le frigo dans votre cuisine qui vous dirait quoi acheter et quoi manger : des plats Findus, des plats fabriqués par les grands industriels plutôt que des plats maison dont vous connaissez la provenance de chaque élément parce que c’est vous qui les avez achetés puis cuisinés… Pas très sympa, hein ?

Revenons donc à ces systèmes libres (et gratuits) pour utiliser votre ordinateur : qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ?

Et bien, on peut parler de la distribution Linux la plus connue : Ubuntu, gratuite, facile à installer et bénéficiant d’une grande communauté. Vous pouvez commencer par lire le guide du débutant qui répondra à toutes vos questions. On peut parler également d’Handy Linux, destinée aux débutants et utilisateurs expérimentés

Il existe d’autres distributions grand public très efficaces et facile d’accès : Xubuntu, Mint

L’intèrêt des systèmes est multiple :

– non commercial : leur but n’est pas de faire de l’argent. Les dons sont les bienvenus pour les équipes qui travaillent bénévolement. Libre à vous de donner ou pas.

– ouvert : vous avez accès au code source du système, vous pouvez donc le voir, tout comme l’ensemble des utilisateurs. Rien n’est caché et pour peu que vous maitrisiez un peu la programmation, vous pourrez contribuer à l’amélioration de la distribution. Les logiciels sont également libres et gratuits. Je pense à la suite bureautique LibreOffice (traitement de texte, tableur, présentatin) ou au lecteur vidéo VLC.

– sous votre contrôle : c’est vous qui ajoutez ou enlevez des programmes selon votre choix. Personne n’a accès, par une porte dérobée, à votre ordinateur.

Vous savez maintenant qu’il existe d’autres moyens gratuits, libres et respectueux de votre vie privée pour utiliser votre ordinateur, il reste donc à se lancer !

Le plus simple étant de créer une clé USB bootable qui permet de lancer une distribution à partir de la clè USB au démarrage de votre ordinateur sans changer votre système actuel.

Une fois à l’aise, vous pourrez installer ce nouveau système en parallèle de Windows. Puis, un jour, passer intégralement sur la distribution linux en remplaçant Windows définitivement.

 

– Damien

mobiles et tablettes : on veut des systèmes d’exploitation alternatifs !

Pour utiliser votre ordinateur, vous pouvez utiliser un système d’exploitation commercial, fermé (que vous ne pouvez pas modifié) et payant comme Windows ou Mac OS.

Vous pouvez également vous orienter vers des solutions libres et gratuites de type distribution GNU Linux. Cette dernière démarche est de plus en plus à la mode et les distributions Linux se démocratisent, je pense à Linux Mint, Xubuntu ou Ubuntu. Pourquoi payer un système d’exploitation pour utiliser un ordinateur ? On se le demande encore :)

Pour les tablettes et les smartphones (téléphones dits « intelligents », à défaut que l’utilisateur le soit…), le choix est très limité : iOS d’Apple, Android de Google et les minoritaires Windows Phone  et Blackberry.

Si vous êtes un bricoleur, vous pouvez rooter votre tablette (prendre le contrôle de votre tablette) et installer un autre système alternatif, appelé ROM, de type Cyanogen par exemple. Pour les non initiés, cela reste une manipulation obscure, compliquée et risquée : blocage de la tablette, plantage et perte de la garantie sont de bonnes raisons pour freiner les ardeurs des plus téméraires.

Des alternatives existent maintenant à ces systèmes connus du grand public : la difficulté est de se faire connaître.

L’intérêt ? La liberté ! En tout cas, celle de choisir son OS en s’affranchissant d’une grande multinationale qui vit en exploitant vos données privées qui passet sur votre téléphone intelligent et/ou votre tablette.

Je cite donc les 2 alternatives :

Ces deux téléphones sont destinés au marché d’entrée de gamme et milieu de gamme avec des prix très raisonnables, 80 € pour le ZTE et 170 € pour l’Aquaris. D’autres téléphones sont attendus sous ces systèmes d’exploitation plus respectueux des données utilisateurs et plus accessibles en terme de prix.

Pour ceux qui désirent avoir des informations sur le ZTE Open C, je sais que le réseau Diaspora* dispose d’énormément d’informations avec le hashtag #zte ainsi que le blog de Cyrille Borne, heureux possesseur d’un ZTE.

Je vous laisse les découvrir !

 

– Damien