l’UMP et le PS ont tué la démocratie représentative

Autant tout un chacun supportait la démocratie représentative depuis des décennies quand les questions abordées avaient 2 réponses possibles, 2 visions du monde clairement différentes : la vision de la « droite » et la vision de la « gauche ».

C’était facile de se repérer. Un peu simpliste mais on jurait allégeance à un des deux blocs et on pouvait tenir comme ça toute une vie.

Puis la mascarade a cessé quand la caste dirigeante, l’aristocratie élective, a commencé à avoir les mêmes avis sur tout,  en se soutenant mutuellement par moment, voir, en s’extrayant de certaines lois.

La droite et la gauche, symboliquement représentées par le RPR-UMP et le PS, ont été d’accord pour effacer le résultat du référendum de 2005 sur la Constitution Européenne que les citoyens avaient rejetés.

Ils ont été accord sur la façon de réguler la crise financière de 2008 (renflouer les banques avec notre argent à taux 0 et ne rien changer au secteur bancaire). Ils sont d’accord sur la croyance de la croissance comme but ultime à atteindre, ils prônent donc un capitalisme sans limite, ni morale. Ils sont d’accord pour laisser l’évasion fiscale des entreprises et des particuliers les plus riches perdurer (80 milliards € par an qui disparaissent de notre budget d’Etat quand le déficit de la sécurité sociale, c’est 12 milliards). Ils sont également d’accord pour détruire nos normes sociales, écologiques et sanitaires en signant dans notre dos et en douce des traités de commerce permettant aux multinationales de s’enrichir encore plus, en nous condamnant à n’être que des consommateurs.

Ils sont d’accord pour ne rien faire sur l’écologie (qui doit rester un gadget) et le rechauffement climatique (il va faire chaud mais on s’en fout).

Ils sont d’accord sur la politique étrangère (plutôt pro US, pro Israël, anti Russie, courbettes devant les dictatures pétrolifères (Qatar, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis) et la Chine comme atelier du monde.

Sauf qu’aujourd’hui, les décisions économiques et sociales frappent de plein fouet la vie des citoyens : ces décisions, comme la loi Macron ou la loi sur renseignement, baissent les normes sociales, intellectuelles et économiques des citoyens. Les avancées sociales et le progrès peuvent à tout moment remis en cause par un gouvernement de « gauche », comme c’est le cas en ce moment.

Au final quelle différence entre ces 2 partis politiques ?

Là, la démocratie représentative devient un problème : quand les 2 blocs idéologiques ne font plus qu’un pour favoriser les intérêts privés des plus riches contre les plus pauvres, quand ils ne travaillent plus pour l’intérêt général, leur fusion idéologique devient évidente.

Le RPR-UMP et le PS ont tué la démocratie représentative en ne représentant plus les citoyens qui les élisent depuis très longtemps. Ces deux partis au final suivent bien un modèle de gouvernance, celui des entreprise et des lobbys, celui des actionnaires et des managers à la recherche du profit maximal aux dépends des citoyens.

Il serait bien temps que les citoyens ne cautionnent plus cette escroquerie qu’est le vote, cette imposture que sont les mandats de députés et cette mascarade d’un pouvoir exécutif, non pas au service des Français mais de leur propre intérêt personnel.

– Damien