le parti socialiste et les républicains, comme d’habitude, sont sur la même longueur d’onde pour limiter la démocratie

Le parti socialiste le parti les républicains se sont mis d’accord pour rendre public les signatures accordées pour un candidat à la présidentielle et les signataires devront envoyer eux-mêmes leur parrainage au Conseil Constitutionnel.

Avant, le candidat faisait signer un soutien et s’occupait lui-même d’envoyer ses 500 signatures. Là, le gars peut dire qu’il va soutenir le candidat et ne pas le faire. Les candidats avancent en aveugle.

Ainsi, on met la pression sur les élus qui verront leur nom apparaître publiquement en face des candidats à qui ils ont donné leur parrainage. Les moyens de rétorsion des partis face aux élus un peu trop libres sont nombreux : retrait de soutien officiel lors de la prochaine élection, arrêt de soutien financier pour la ville, la région ou tout projet… On voit le jeu malsain que les gros partis entretiennent face à des élus de terrain.

De plus, le temps de parole des candidats à la présidentielle devait être égalitaire pendant 5 semaines avant le vote : avec cette modification, le temps de parole égale est réduit à 2 semaines.

Donc le PS et le LR ont clairement phagocytés un pan de l’expression démocratique publique : on limite le temps de parole des petits candidats qui n’ont pas une machine électorale derrière eux, avec parti, copains journalistes et sponsors privés.

Certes l’élection présidentielle est la plus inutiles des élections car c’est le parlement qui vote les lois mais on voit bien que les partis usent et abusent de leur position dominante pour tout tenter afin de rester au pouvoir.

On aurait pu espérer des choses plus démocratiques comme le bulletin unique à toutes les élections, le vote à la proportionnelle lors des Législatives… Bref, rien de tout cela ici.

Ces gens ne méritent que les fourches. Et je reste modéré.

à quoi reconnait-on une démocratie ? Prenons l’exemple des J.O.

A force d’entendre que nous sommes une démocratie, tout en étant en état d’urgence depuis une quinzaine de jours et encore pour trois mois, il semblerait nécessaire de faire le point sur ce qu’est une démocratie.

Prenons l’exemple d’une municipalité qui veut organiser les Jeux Olympiques. Dans un premier temps, le futur candidat à la Maire peut l’inscrire dans son programme. “Une fois élu, je soumettrais la candidature de la ville à l’organisation des J.O. de 2050”. Si vous votez pour ce candidat, vous soutenez cette idée et cette envie.

Dans un second temps, il y a la municipalité qui décide en cours de mandature de soumettre la ville à la candidature. Cette candidature n’était donc pas dans le programme du maire. On peut changer d’idée en changement, ça n’est pas un problème.

Il y a donc deux façons de procédé :

  • le passage en force : la municipalité décide et les citoyens de la ville subissent cette décision, bonne ou mauvaise.
  • la consultation et le réferendum local des habitants de la ville.

Autant vous dire tout de suite que Paris et Hambourg, en concurrence pour les J.O. de 2024, ont donc deux façons de procéder très differente  !

Figurez-vous que la mairie d’Hambourg a demandé son avis à ses habitants, voyez vous ça ! La journaliste de France Info, entendue dimanche dernier, s’en étouffait presque à l’antenne en l’annonçant… Elle se félicitait qu’Hambourg puisse réfuser car cela donnerait plus de chance pour Paris.

Ah oui, quelle chance d’organiser les futurs déficits de la ville avec des dépenses montrueuses (Athènes, Londres) et voir sa ville devenir un encart pub avec les sponsors officiels… une sorte de COP21 encore plus crado.

On aura donc remarqué qu’une fois de plus, nos voisins allemands ne prennent pas la démocratie à légère, la faute à son histoire peut être. Nous, le pseudo pays des Lumières, ca fait bien longtemps que la classe politique les a éteintes, ces Lumières.

 

comment améliorer (changer) notre démocratie actuelle ?

J’entends souvent dire que la politique est réservée à une élite et que le commun des mortels ne pourrait pas gouverner un pays avec nos instances actuelles, celle de la Vème république.

Nous constatons actuellement de nombreux scandales politiques, financiers et moraux successifs dans notre pays :
– affaire Khadafi qui démontre qu’un terroriste et dictateur aurait financé la campagne de Nicolas Sarkozy
– affaire Bettencourt qui parle de financement occulte de l’UMP
– affaire Cahuzac qui démontre que certains détournent et cachent leur argent hors de France
– affaire Tapie-Lagarde où un tribunal privé, sans légitimité, rend une décision privée pour indemniser un copain aux frais des citoyens
– affaire Guérini qui concerne une fraude présumée aux marchés publics
– affaires Balkany et ses affaires fiscales : blanchiment de fraude fiscale
– affaire Thomas Thevenoud, secrétaire d’état au commerce extérieur, qui ne payait pas ses factures, son loyer et ses impôts depuis des années
– affaire Agnès Saal qui a gaspillé l’argent public en dépensant 40 000 € de taxi et se fait gentiment réintégrer au ministère

Sans compter les nombreuses affaires passées (ici et ), présentes et futures qui sortiront tôt ou tard…

Constats

1 – L’aristocratie qui nous gouverne, issue principalement de l’ENA, n’est pas tant élitiste que cela du point de vue de la morale. On le voit rapidement, quelle que soit sa couleur politique, ces gens sont faillibles et facilement corruptibles.

2 – Faire de la politique coûte cher. Et c’est une réalité. Les partis ont besoin d’argent pour fonctionner et pour les élections. Cet argent provient des cotisations des adhérents, des dons et des reversement obligatoires effectués par les élus. Ce dernier point est important et nous reviendrons plus tard dessus.

3 – Le pouvoir corrompt. Être en politique depuis 15, 20 ou 30 ans ne semble pas vraiment être très sain pour l’égo, la modestie ou la vénalité. Nous sommes tous pareils, moi inclus.

des idées pour changer les choses ?

1 – pas de casier judiciaire

Une loi exigera qu’un candidat à une élection n’ait pas de casier judiciaire.

– faisabilité : ultra simple, applicable dès demain

– but : ben, ca me parait simple, pas de casier judiciaire, pas de magouilleur pour un futur élu de la République, incroyable non ?

2 – être inéligible après une condamnation

– faisabilité :  très simple, applicable dès demain

– but :

Tout élu condamnée pour abus de biens sociaux, incitation à la haine raciale, fraude électorale, fraude fiscale, dissimulation de patrimoine, escroquerie, octroi injustifié de marché public, prise illégale d’intérêts, corruption, achats de voix, détournement de fonds, recel, abus de confiance, abus de biens sociaux, favoritisme, subordination de témoins, pédophilie, agressions sexuelles, viol, trafic d’influence, association de malfaiteurs, homicide, esclavage… doit démissionner et renoncer à vie à briguer un mandat électoral. Ne riez pas, les élus touchés par ce genre d’affaires ne démissionnent pas à chaque fois (voir ici et ).

Les élus de la République ne fraudent pas le fisc, ils “sous-évaluent leur patrimoine”.

3 – pas de cumul des mandats

Une loi exige qu’un élu ne peut pas cumuler les mandats électoraux. Le mandat représente un travail à plein temps.

– faisabilité : ultra simple, applicable dès demain

– buts :

1) éviter qu’un sénateur ou député n’avantage une ville de sa circonscription. Un sénateur ou député pourrait mettre tout son poids politique pour avantager des travaux ou un projet dans une ville dont le maire serait issu du même parti politique ou dont il serait lui-même le maire !

2) de plus, il me semble que les bancs de l’Assemblée Nationale sont bien souvent vides… ainsi que ceux du Parlement Européen. Quand on postule à un poste, il me semble que la décence serait de s’y tenir et de travailler à plein temps à sa tâche. Cela permettra donc de lutter contre l’absentéisme.

3) arrêter de faire croire qu’on peut être sénateur, maire et président de 4 commissions, tout en restant efficace. C’est du foutage de gueule. Un poste = une personne et nous serons assurés du suivi des dossiers par l’élu et pas par d’obscures assistants parlementaires, quelques fois à la solde d’intérêts privés lobbyistes.

4 – deux mandats temporels

– faisabilité : ultra simple, applicable dès demain

Un citoyen ne pourrait pas effectuer plus de 2 mandats électifs dans sa vie.

1 – éviter le clientélisme et le favoritisme après des années et des années d’exercice du pouvoir.

2 – la bouffée d’oxygène à l’Assemblée Nationale et dans les gouvernements avec de nouvelles personnes, de nouvelles idées, de nouvelles façons de penser.

3 – le renouvèlement assuré de nos décideurs politiques avec des personnes en prise avec la réalité, pas des gens qui sont depuis 30 ans aux manettes, qui passent les 6 derniers mois de leur mandat à serrer des mains en région auprès d’associations, de groupes de pression et des maisons de retraite, tout cela pour pousser à leur propre réélection (c’est du vécu, j’ai participé en tant que candidat-suppléant à une élection de député).

Prenons un exemple réel : Gérard Collomb a été élu maire de Lyon en 2001 puis en 2008. En 2014, il lui aurait été impossible de continuer et il aurait dû passer la main. De plus, Gérard Collomb est l’exemple parfait du politicien dans toute sa splendeur. Il est maire, sénateur et président de région, bravo Gégé ! J’imagine la tête des gens (politiciens, entreprises, associations ou journalistes) qui ne sont pas d’accord avec lui ou certains de ses objectifs au sein de la Métropole Lyonnaise, ils ont en face d’eux un poids lourd au multiples cordes à son arc pour les contrer. Sans parler de son épouse, qui elle aussi, va se lancer en politique (elle a une bonne droite). Aristocratie familiale quand tu nous tiens…

Je vous invite à consulter cet excellent site internet « Député à vie ? » à ce sujet. Je trouve choquant de voir les mêmes personnes en poste depuis plus de 25 ans. Je ne dis pas qu’ils déméritent, je dis juste que ça sent bon la maison de retraites pour certains et qu’il serait temps qu’ils s’occupent de leurs petits-enfants plutôt que nos vies…

5 – tirer les représentants de l’Assemblée Nationale au sort

Les représentants de l’assemblée nationale sont tirés au sort parmi les citoyens majeurs, sans casier judiciaire et ne sont donc pas élus au suffrage universel indirect par scrutin uninominal majoritaire à deux tous (comme aujourd’hui).

– Faisabilité : WTF ?!

– Buts :

1- sortir des débats économiques et sociaux complètement cliché de type « droite/gauche » que nous subissons depuis 40 ans avec les effets que nous connaissons aujourd’hui : crise financière, pas de croissance, chômage, dette, domination des lobbys à la moindre prise de décisions, oubli permanent de l’intérêt général. La droite UMP et la gauche PS partagent ce bilan désastreux

2 – ramener les citoyens au cœur des décisions. Quand un citoyen sait qu’il aura peut être un jour l’occasion de changer les choses, croyez-moi, il s’investira pour lui, sa famille et son pays. Le système actuel a coupé les citoyens de leurs instances dirigeantes et les gouvernants successifs ont tout fait pour infantiliser les citoyens. On voit en retour la montée des extrêmes politiques comme résultat.

3 – un député tiré au hasard à peu de chances d’être déjà la marionnette d’un lobby depuis de nombreuses années

4 – stopper le besoin perpétuel en argent des partis politiques. Faire de la politique coute cher aux candidats comme je l’expliquais en entame : bulletins de votes, affiches de campagnes, affiches officielles, frais de déplacement, locaux en location…. Imaginez les frais quand il s’agit d’avoir 577 candidats à financer. Les partis ont donc besoin de l’argent reversé par les candidats élus et les candidats qui veulent être élus ont besoin de l’argent des partis. Reste les citoyens que nous sommes sur le bord de la touche à compter les points et subir les décisions les plus nulles les unes que les autres. Au hasard, loi sur le renseignement, loi sur le collège et la loi Macron pour la simple année 2015.

Petite note en apparté : est-ce qu’une décision politique majeure a amélioré votre vie ces 10 dernières années ? Je cherche encore.

L’assemblé tirée au hasard permet de stopper également le financement illégal des partis politiques (de Mitterand à Sarkozy en passant par Chirac et peut être Hollande ?). D’autre part, l’Etat fera des économies car il n’y aura plus de remboursement de frais de campagne des partis politiques parce que les partis politiques n’interviendront plus !

« Je ne vois pas mon boucher être député » ou « imagine que ça tombe sur mon oncle René, ce gros facho… »

1) c’est méchant pour votre boucher qui a un métier respectable, qui travaille et paie ses impôts comme tout le monde.

2) De plus, si on parle de la représentation de la population par l’Assemblée Nationale, on s’aperçoit que les élus actuels, par leur métier et leur milieu social, sont très loin de représenter la population !

Sélection_001

En 2012, 2.8% des députés sur 577 sont issus des classes moyennes (voir populaires). Oui, vous avez bien lu, les 50% d’employés et ouvriers français sont représentés par 2.8% élus !

Comment des cadres et des professions intellectuelles supérieures majoritairement écrasants à l’assemblée peuvent-ils nous représenter ? En clair, même dans une assemblée élue par le peuple, les riches nous gouvernent. Arrêterons-nous un jour de voter pour nos maîtres ?

2) votre oncle René, facho selon vous, ne sera pas seul : il sera parmi les 577 autres députés tirés au sort et les décisions se prennent à la majorité.

De plus, n’y a-t-il pas déjà quelques fachos dans notre Assemblée Nationale qui se cachent derrière leurs costumes cravates bien propre pour demander le retour au droit du sang ou en luttant contre la mariage des personnes de même sexe ? Je peux également faire référence à l’ambiance des débats sur l’identité nationale des années Sarkozy, catastrophiques.

« Mais les hommes politiques sont des professionnels. Ils ont les compétences. Pas nous. »

Ah oui ? Et quelles compétences ont-ils de plus que vous ? Le travail d’un parlementaire est de participer à des commissions et des enquêtes sociales et économiques avant de trancher, de dire oui ou de dire non à un sujet, de consulter s’il le désire les citoyens de sa circonscription. Si vous savez lire et écrire, que vous savez écouter, et bien je ne vois pas de contrainte.

Les sujets abordés à l’Assemblée Nationale sont les sujets de notre vie de tous les jours. Rien d’exceptionnel à cela.

Une fois qu’on vous a expliqué les effets du Mediator ou le fonctionnement des subprimes, j’imagine que vous saurez dire si cela est bon pour vous ou votre pays ?

On se rappellera le degré d’incompétence des députés pour légiférer sur les nouvelles technologies (Hadopi, loi sur le renseignement) et que le mariage pour tous a été un sketch de mauvais gout, indigne de la République.

N’oublions pas que cette assemblée de citoyens sera encadrée comme actuellement par un sénat qui travaillera conjointement à la rédaction des lois et d’un Conseil Constitutionnel qui vérifiera la légalité des lois votées.

A noter qu’on pourrait élire le sénat directement et non plus au travers d’un collège électoral. Le Conseil Constitutionnel pourrait être débarrassé des anciens présidents dont je ne vois pas trop la légitimité hormis augmenter nos dépenses publiques. Ces membres pourraient, eux aussi, être tirés au sort parmi une liste de magistrats intéressés pour siéger au sein de ce Conseil.

Ah, pour informations, un pays a tiré ses députés au sort, c’est l’Islande, pour se tirer de la crise économique de 2008, lire ici et . Dingue non ? Ça doit donner des sueurs froides à l’ensemble de la classe politique française ^^

conclusion

Les partis politiques ne sont pas la solution pour animer sereinement les débats. Chaque parti essaie de tirer le couverture vers lui, tout en blâmant les autres. Tout cela est tellement cliché, fatiguant et lassant que les gens se désintéressent des affaires politiques.

Je sais que la dernière idée peut faire sourire mais pensez déjà aux 4 premières : elles sont réalisables en peu de temps et cela redonnerait un peu de confiance dans nos politiques.

Ce n’est pas une mince affaire et il est toujours plus facile de dire que l’on ne peut rien changer plutôt que de tenter quelque chose ! Ah si on laissait sa chance à l’Assemblée tirée au sort ne serait-ce que sur 2 mandats, sur 10 petites années, je suis sur que les Français seraient convaincus et séduits par son efficacité !

Alors on tente autre chose ?

– Damien

une nouvelle page sur la Spirale Digitale : au sujet de la démocratie

Le sujet de la démocratie, de l’état de la démocratie dans nos vertes prairies, me passionne.

Afin de ne pas avoir de raisonnement simpliste, ni d’arguments irréfléchies sur la question, cela fait un certain temps que j’accumule des liens, des vidéos et des articles sur le sujet. Plutôt que de les garder dans mes favoris ou dans mon Evernote, j’ai décidé de les partager.

Chacun pourra voir un état des lieux de notre régime représentatif et des alternatives possibles pour rendre aux citoyens son pouvoir de décision sur la vie de la cité.

C’est ici que ça se passe.

Bonne lecture.

 

_ Damien