vous défendez la liberté et les droits de l’homme, vous êtes le problème

Ça me fait de la peine d’avoir à écrire ce genre de billets seulement quinze jours après ces attentats meurtriers de Paris.

Dans une situation censée et mesurée, les autorités auraient appelé à un recueillement national, moment de réflexion où chacun aurait fait son introspection, où l’ensemble de la société aurait laissé le temps aux familles des défunts de vivre leur deuil. Cela dans le but de créer un climat de sérénité et de montrer que nous n’avons pas peur et que nous ne doutons pas.

Au lieu de cela, c’est donc la foire d’empoigne, la cacophonie du café du commerce et les discussions d’ivrognes de comptoir. Les politiques jouent avec la peur et vendent leur patriotisme de façade en demandant plus de sécurité et moins de liberté pour monter dans les sondages et gagner les élections régionales. Les médias font du sensationnalisme avec des photos, des images choquantes et donnent dans le larmoyant des témoignages de victimes. Les citoyens paniquent et chantent la marseillaise sans fin pour se sentir fort, communier, on ne sait pas trop, et utilisent les réseaux sociaux pour soulager leur peur, leur haine et autres sentiments confus.

Bref, c’est la surenchère.

Le problème avec la surenchère, c’est qu’une fois qu’on a bien trollé avec la proposition de peine de mort et les internements sans procès de personnes dites « sensibles », on fait quoi ?

Côté censure, nos politiciens professionnels n’y vont pas par quatre chemins : on voit le politicien Pierre Lellouche (Les Republicains, ex-UMP) agresser un site d’informations comme Numerama parce que ce site défend les droits de l’homme et on voit des députés PS essayant de faire passer le contrôle et la censure de la presse. Là encore, la droite PS et l’extrême droite Les Republicains/ex-UMP marchent donc main dans la main contre les citoyens.

Je rappelle aux politiciens PS/Les Républicains/ex-UMP que nous sommes les victimes de leurs décisions politiques ces 30 dernières années, que ce sont nos frères et nos sœurs qui sont tombés sous les balles au Bataclan et dans les rues de Paris. Pas eux. Et aujourd’hui, pour répondre à cela, ils proposent de nous maintenir dans un état policier, pratiquant les rafles aléatoires, les contrôles au faciès, interdisant les rassemblements politiques qui leur font de l’ombre comme la COP21 ? En fait, c’est la double punition : victimes des terroristes, victime de la violence de l’état. Mais je vais certainement me réveiller, hein.

Au final, nous arrivons à une situation où notre pays a ravagé de nombreuses régions dans le monde, a saboté sa police et ses forces de renseignement en imposant une perte de plus de 12 000 jobs (5 ans de Sarkozy)  et voit ses citoyens se faire tuer sur son propre sol.

Il va falloir récupérer des années de travail en retard, tout en ne tombant pas dans l’état policier à tous les niveaux.

 

 

_ Damien

Une réaction au sujet de « vous défendez la liberté et les droits de l’homme, vous êtes le problème »

  1. Le gouvernement en place s’est senti obligé de décréter l’état d’urgence , un certain nombre de citoyens sont persuadés que si cela avait été décidé après « Charlie » le terrorisme n’existerait plus c’est là le problème .
    Beaucoup de gens ne savent même pas ce que signifie fiché « S » .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.